Informations

USS Atlanta (CL-51)


USS Atlanta (CL-51)

USS Atlanta (CL-51) était le nom du navire de la classe des croiseurs légers Atlanta, et eut une courte carrière en temps de guerre dans les îles Salomon, avant d'être coulé lors de la bataille navale de Guadalcanal (13-15 novembre 1942). Malgré sa courte carrière active, la Atlanta a reçu cinq étoiles de bataille.

Les Atlanta a été lancé le 6 septembre 1941 et mis en service le 24 décembre 1941, juste après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Sa croisière shakedown a duré jusqu'au 13 mars et il était prêt à être mis en service à la fin du mois. Le 5 avril, il quitte New York en direction du Pacifique. Sur son chemin à travers le Pacifique, il a fouillé les îles Clipperton, à 670 milles au sud-ouest d'Acapulco, à la recherche de tout signe d'activité japonaise, mais n'en a trouvé aucun.

Elle a quitté Pearl Harbor le 10 mai dans le cadre de l'escorte du navire de munitions Rainier (AE-5) et le graisseur Kaskaskia (AO-27). Après les avoir amenés sains et saufs à Nouméa en Nouvelle-Calédonie, elle rejoint la Task Force 16 (Amiral Halsey), construite autour des porte-avions Entreprise (CV-6) et frelon (CV-8). Elle a participé à la bataille de Midway (3-7 juin 1942), jouant le rôle de l'écran pour le Frelon. Elle n'a donc pas été impliquée dans la partie principale de la bataille et n'a pas tiré de colère.

Fin juillet, le Atlanta a été affecté à la Task Force 61, une partie de la flotte qui a soutenu l'invasion de Guadalcanal. Les 7 et 8 août 1942, elle protégea les porte-avions alors qu'ils effectuaient des frappes en soutien à l'invasion. Elle est restée avec les transporteurs lorsqu'ils se sont retirés le 9 août.

Les Atlanta pris part à la bataille des Salomon orientales (24-25 août 1942). Cela a été déclenché par une tentative japonaise d'obtenir un convoi à Guadalcanal, soutenu par des éléments de la flotte combinée. Cela a déclenché une bataille de porte-avions dans laquelle le Entreprise fait l'objet d'attaques violentes. Les Atlanta fait partie de l'écran anti-aérien du porte-avions lors de cette attaque, remportant cinq victoires. Les Entreprise a subi plusieurs coups directs et presque ratés dans l'attaque et était hors de combat jusqu'à la mi-octobre.

Le lendemain de la bataille, le Atlanta rejoint TF 11 (TF 61 à partir du 30 août). Le 31 août, le Saratoga a été torpillé par le sous-marin japonais I-26. Atlanta faisait partie de l'écran du porte-avions endommagé alors qu'il était remorqué en lieu sûr. À la mi-septembre, il escorte un navire de transport de munitions et un avion de transport jusqu'à Nouméa, puis, début octobre, sert d'escorte aux navires de transport se dirigeant vers Guadalcanal. Il a ensuite été affecté à la TF 64 du contre-amiral Willis Lee, une partie de la force opérant plus près de Guadalcanal.

Elle a rejoint ce groupe de travail à temps pour prendre part à la bataille des îles Santa Cruz (26 octobre 1942), à nouveau déclenchée par une attaque de la flotte combinée japonaise. Pendant la bataille le Atlanta exploité avec le Washington (BB-56), San Francisco(CA-38), Hélène (CL-50) et deux destroyers. Pendant la bataille, elle a fourni une partie de l'escorte pour le groupe de soutien de ravitaillement. La bataille s'est terminée par le retrait des deux flottes - les Japonais parce que leur attaque terrestre sur Guadalcanal avait échoué, les Américains parce que le porte-avions frelon avait été coulé et le Entreprise n'a pas pu fonctionner. L'amiral Norman Scott a transféré son drapeau au Atlanta, qui devint le vaisseau amiral du TG 64.2, et il resta près de Guadalcanal.

Le 30 octobre elle a participé à un bombardement de rivage de Guadalcanal. Au début de novembre, le groupe de travail a escorté un navire de transport et deux cargos jusqu'à Guadalcanal et les a gardés pendant qu'ils déchargeaient leurs cargaisons. Le 11 novembre, le Altante et ses escortes de destroyers ont repoussé deux attaques aériennes japonaises, empêchant les transports précieux de subir des dommages. Une autre attaque aérienne le 12 novembre n'a pas été plus réussie.

Ces attaques aériennes constituaient la phase d'ouverture d'une autre grande offensive navale japonaise, qui déclencha la bataille navale de Guadalcanal (13-15 novembre 1942). Les Japonais avaient quatre forces navales - une force de soutien, deux forces de bombardement qui devaient attaquer les positions américaines et un groupe de transport qui devait envoyer des renforts sur l'île. Atlanta faisait désormais partie de la TG 67.4 (Amiral Callaghan), qui avait pour mission d'escorter les navires de transport vulnérables loin des plages de débarquement. Une fois cela fait, la force est retournée à l'ouest pour faire face aux Japonais.

Les deux flottes se heurtèrent presque dans l'obscurité. Les Atlanta s'est engagé dans un duel avec le destroyer japonais Akatsuki. Une torpille à longue lance du destroyer japonais a touché le Atlanta dans sa salle des machines vers l'avant, coupant tout sauf l'alimentation diesel auxiliaire. En retour le Atlanta tiré le l'Akatsuki projecteur, et le destroyer japonais a été coulé par une combinaison de tirs du Atlanta et le San Francisco.

Les Atlanta puis a été victime d'un tir ami. Dans la confusion de la bataille nocturne, le San Francisco l'a frappée avec dix-neuf obus de 8 pouces. La plupart sont passés directement à travers les blindés minces Atlanta sans exploser, mais ils ont projeté des fragments mortels dans tout le vaisseau. Parmi les morts se trouvait l'amiral Scott. Le capitaine Jenkins, commandant du navire, a été blessé mais a pu conserver le commandement.

Une tentative a été faite pour sauver le Atlanta. Les blessés graves ont été évacués vers Gualalcanal, et elle a été mise en remorque. Vers 14 heures, il était clair que le navire coulait. Le capitaine Jenkins a reçu la permission d'abandonner le navire et il a été sabordé à trois milles à l'ouest de Lunga Point. Le capitaine Jenkins a reçu la Navy Cross pour ses efforts pendant la bataille, tandis que le navire a reçu une Presidential Unit Citation.

Déplacement (standard)

6 718 t

Déplacement (chargé)

8 340 t

Vitesse de pointe

32,5 nœuds

Varier

8 500 nm à 15 nœuds

Armure – ceinture

3,75 pouces

- cloisons

3,75 pouces

- pont d'armure

1,25 pouces

- des armureries

1,25 pouces

- pont au-dessus des magazines sous-marins

1,25 pouces

Longueur

541ft 6in oa

Armement

Seize canons de 5 pouces/38 (huit tourelles à deux canons)
Seize canons de 1,1 pouces (quatre positions de quatre canons)
Seize canons de 40 mm (huit montures doubles)
Huit canons de 20 mm
Huit tubes lance-torpilles de 21 pouces

Complément d'équipage

623

Posé

22 avril 1940

Lancé

6 septembre 1941

Complété

24 décembre 1941

Perdu

13 novembre 1942


USS Atlanta (CL-51) - Histoire

Description : Histoire du croiseur de la marine américaine USS Atlanta (CL-51), y compris des informations sur l'exposition à l'amiante des travailleurs.

L'USS Atlanta (CL-51) a été commandé pour la marine américaine avant la Seconde Guerre mondiale. Sa quille a été posée par la Federal Shipbuilding and Dry Dock Company le 22 avril 1940. Elle a été lancée le 6 septembre 1941 et mise en service le 24 décembre 1941 sous le commandement du capitaine Samuel P. Jenkins.

L'USS Atlanta arrive à Pearl Harbor le 23 avril 1942. Après quelques semaines de pratique antiaérienne, le croiseur part le 10 mai pour escorter l'USS Rainier et l'USS Kaskaskia jusqu'à Nouméa. Six jours plus tard, elle a rejoint la Task Force 16, qui a été construite autour de l'USS Enterprise, alors qu'ils se dirigeaient vers Pearl Harbor. Le 28 mai, il est parti avec la Force opérationnelle 16 pour contrôler les porte-avions alors qu'ils naviguaient vers Midway. Le croiseur est resté dans le cadre de la force de filtrage pour la bataille de Midway jusqu'au 11 juin, date à laquelle les navires sont retournés à Pearl Harbor.

Après la pratique antiaérienne et le radoub, l'USS Atlanta a effectué des exercices d'artillerie et de bombardement côtier dans les eaux hawaïennes. Un 15 juillet, elle a navigué avec la Force opérationnelle 16 à Tongatapu. Le croiseur a été transféré à la Task Force 61 le 29 juillet pour l'invasion de Guadalcanal. Elle a passé au crible les porte-avions pendant qu'ils soutenaient les débarquements de troupes les 7 et 8 août et est resté dans la région pour soutenir les opérations pendant les prochains jours.

Après l'invasion de Guadalcanal, l'USS Atlanta a continué à contrôler l'USS Enterprise alors qu'elle lançait son avion contre les porte-avions japonais. Elle a repoussé d'intenses attaques aériennes ennemies le 24 août, mais même son tir antiaérien nourri n'a pas pu protéger l'USS Enterprise d'un coup direct et de cinq coups rapprochés.

Le lendemain, l'USS Atlanta a rejoint la Task Force 11, qui a été rebaptisée Task Force 61 le 30 août. Le croiseur a blindé l'USS Saratoga lorsqu'il a été torpillé par le sous-marin japonais I-26 le 31 août, permettant à l'USS Minneapolis de remorquer le navire endommagé en lieu sûr. Elle et le reste du groupe de travail se sont installés à Tongatapu le 6 septembre pour le réaménagement.

Une semaine plus tard, l'USS Atlanta escorte l'USS Lassen et l'USS Hammondsport jusqu'à Nouméa. Après avoir fait le plein, elle a rejoint le Groupe opérationnel 66.4 le 21 septembre et est devenue membre de la Force opérationnelle 17 deux jours plus tard. Elle a ensuite été détachée pour escorter l'USS Washington, l'USS Walke et l'USS Benham jusqu'à Tongatapu.

L'USS Atlanta a escorté des transports jusqu'à Guadalcanal à la mi-octobre. Le 15 octobre, elle a rejoint la Force opérationnelle 64 dans les opérations en cours à Guadalcanal. Il est devenu le navire amiral du groupe opérationnel 64.2 du contre-amiral Norman Scott le 28 octobre. Deux jours plus tard, il a bombardé des cibles côtières japonaises à Guadalcanal avant de faire escale à Espiritu Santo à l'Halloween.

Après le réaménagement, l'USS Atlanta a escorté l'USS Zeilin, l'USS Libra et l'USS Betelgeuse à Guadalcanal en tant que Task Group 62.4. Les transports ont déchargé leurs troupes et leurs approvisionnements le 12 novembre. Ce matin-là, des avions ennemis ont attaqué les navires, bien que les trois transports n'aient subi que des dommages mineurs. Plus tard dans l'après-midi, une force de 25 bombardiers japonais a attaqué. Le croiseur a prétendu avoir éclaboussé deux des avions. Les seuls dégâts subis par la force américaine ont été lorsqu'un avion ennemi endommagé s'est écrasé sur la superstructure de l'USS San Francisco.

L'attaque n'était pas encore terminée, car les forces de surface japonaises sont arrivées plus tard dans la nuit : deux cuirassés, six destroyers et un croiseur. Au cours de la bataille navale de Guadalcanal qui s'ensuit, l'USS Atlanta est torpillé par le destroyer japonais Akatsuki. Dans l'obscurité et la confusion de la bataille, le croiseur a été touché par 19 obus de l'USS San Francisco, tuant l'amiral Scott et de nombreux autres membres d'équipage.

Le lendemain matin, l'USS Bobolink est arrivé pour remorquer l'USS Atlanta jusqu'à Lunga Point, mais il est devenu évident que le navire ne pouvait plus être sauvé. Les ordres sont descendus pour abandonner le navire, et une équipe de démolition a sabordé le navire. Elle a été rayée du registre des navires de la marine le 13 janvier 1943. Le croiseur a obtenu cinq étoiles de bataille et la Presidential Unit Citation pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comme d'autres navires de l'époque de la Seconde Guerre mondiale, l'USS Atlanta a été construit avec des matériaux contenant de l'amiante. L'amiante était connue pour sa résistance à la chaleur, au feu, à l'eau et à la corrosion, de sorte que la substance toxique pouvait être trouvée dans pratiquement toutes les zones du croiseur. Toute personne ayant servi à bord de l'USS Atlanta ou participé à sa réparation et à sa révision risquait de développer des maladies liées à l'amiante comme le mésothéliome, le cancer de la gorge, le cancer du poumon, le cancer de l'estomac, le cancer du côlon, le cancer rectal et l'amiantose.

Les travailleurs de l'USS Atlanta doivent surveiller attentivement leur santé et consulter un médecin s'ils présentent des symptômes associés au mésothéliome. Toute personne qui a travaillé dans ou autour de l'USS Atlanta et qui a reçu un diagnostic de mésothéliome devrait également envisager de contacter un avocat pour discuter de ses droits légaux.


Contenu

La batterie principale d'origine du Atlanta-classe était composée de huit supports de canons doubles de 5 pouces/38 calibre (127 mm) (8x2 canons de 5 pouces). Cette batterie pouvait tirer plus de 17 600 £ (10 560 £ 160 kg) d'obus par minute, y compris les obus antiaériens "VT" à fusée radar. Quatre des navires, en commençant par Oakland, ont vu leurs deux supports « d'aile » de canons doubles de 5 pouces remplacés par huit des canons anti-aériens Bofors 40 mm très efficaces. Les Classe Atlanta Les croiseurs étaient la seule classe de croiseurs de la marine américaine commandés pendant la Seconde Guerre mondiale à être armés de tubes lance-torpilles, avec huit tubes lance-torpilles de 21 pouces dans deux lanceurs quad.

La classe a été conçue avec un armement antiaérien secondaire substantiel de seize canons de 1,1 pouces dans des montures quadruples, remplacés plus tard par des canons antiaériens de 40 mm et 6 canons antiaériens à tir rapide de 20 mm. Plus de ces armes ont été ajoutées au fur et à mesure que la guerre progressait pour contrer le danger d'attaques aériennes japonaises (en particulier les kamikazes). Oakland a été lancé avec huit canons Bofors de 40 mm et seize canons anti-aériens de 20 mm. Bien que les navires de la classe aient été prévus comme chefs de flottille de destroyers, la conception originale n'incluait pas d'armement anti-sous-marin tel que des sonars ou des chenilles de grenades sous-marines qui ont été ajoutées plus tard. Lorsque les navires ont été jugés plus précieux comme protection contre les aéronefs, les pistes ont été supprimées. ΐ]

La classe était propulsée par quatre chaudières de 665 psi, connectées à 2 turbines à vapeur à engrenages produisant 75 000 & 160 ch (56 & 160 MW), et les navires pouvaient maintenir une vitesse de pointe de 33,6 nœuds (62 & 160 km/h). A l'essai, l'Atlanta a fait 33,67 nœuds (62 & 160 km/h) et 78 985 # 160 shp (58 899 & 160 kW). Les navires de la Atlanta-classe avait un blindage mince: un maximum de 3,5" (88,9" 160 mm) sur les côtés, le pont du capitaine et les supports de canon de 5 pouces étant protégés par seulement 1,25" (31,75" 160 mm). ΐ]

Les navires étaient à l'origine conçus pour 26 officiers et 523 hommes, mais ce nombre est passé à 35 officiers et 638 hommes avec les quatre premiers navires, et 45 officiers et 766 hommes avec le deuxième groupe de quatre navires commençant par Oakland. Les navires ont également été conçus comme des vaisseaux amiraux avec un espace supplémentaire pour un officier général et son personnel, mais l'espace supplémentaire a été utilisé pour l'équipage supplémentaire nécessaire pour équiper les armes antiaériennes et l'électronique. Α]


Historique d'entretien

Après aménagement, Atlanta conduit l'entraînement au shakedown jusqu'au 13 mars, d'abord dans la Baie de Chesapeake et ensuite dans la Baie Casco du Maine, après quoi il est retourné au New York Navy Yard pour des réparations et des modifications post-shakedown. Jugé pour être « prêt pour le service éloigné » le 31 mars, le nouveau croiseur a quitté New York pour la Zone de Canal de Panama le 5 avril. Elle atteignit Cristobal le 8. Après avoir traversé la voie navigable isthmique, Atlanta puis a autorisé Balboa le 12 avril avec l'ordre de reconnaître l'île de Clipperton, un petit atoll stérile et inhabité situé à environ 670 mi (1 080 km) au sud-ouest d'Acapulco, au Mexique, au cours de son voyage vers les îles hawaïennes, à la recherche de tout signe de activité ennemie. Ne trouvant aucun, elle a atteint finalement le Port de Perle le 23 avril.

Bataille de Midway

Ponctuant son bref séjour dans les eaux hawaïennes par un exercice antiaérien au large d'Oahu le 3 mai, Atlanta, en compagnie de McCall, a navigué le 10 mai comme escorte de Rainier et Kaskaskia, à destination de Nouméa, Nouvelle-Calédonie. Le 16 mai, elle rejoint la Task Force 16 (TF 16) du vice-amiral William F. Halsey, formée autour de Entreprise) et frelon, alors qu'il retournait à Pearl Harbor, ayant été rappelé dans les eaux hawaïennes en réponse à une poussée japonaise imminente en direction de l'atoll de Midway. La TF 16 est arrivée à Pearl le 26 mai.

Atlanta navigua à nouveau avec la TF 16 le matin du 28. Au cours des jours qui ont suivi, elle a masqué les porte-avions alors qu'ils opéraient au nord-ouest de Midway en prévision de l'arrivée de l'ennemi. Au rapport des navires japonais au sud-ouest, le matin du 4 juin, Atlanta autorisé à agir alors qu'elle passait au crible frelon. Les escadrons des porte-avions américains recherchèrent les Japonais et, ce jour-là, des avions de Yorktown et Entreprise inflige des dégâts mortels à quatre flattops ennemis irremplaçables. Les avions japonais ont frappé deux fois la TF 17, et elle a subi le plus gros des attaques ennemies. Au cours des jours qui ont suivi la bataille de Midway, Atlanta est resté dans l'écran de TF 16 jusqu'au 11 juin, lorsque la force opérationnelle a reçu l'ordre de retourner à Pearl Harbor.

Arrivé à destination le 13 juin, Atlanta, en dehors de la brève période de pratique antiaérienne les 21 et 25-26 juin, est resté au port, embarquant des provisions et des provisions et se tenant en alerte 24 heures puis 48 heures jusqu'en juillet 1942. le fond pouvait être gratté, nettoyé et peint, le croiseur a terminé sa disponibilité le 6, puis a repris un programme chargé d'entraînement au tir avec des cibles de drones, des traîneaux à grande vitesse et des bombardements à terre dans la zone d'exploitation hawaïenne.

Le 15 juillet 1942, Atlanta, toujours dans la TF 16, a navigué pour Tongatapu. Mouillage à Nukuʻalofa, Tonga, le 24 juillet, où il a ravitaillé Maury puis a pris le carburant de Mobilube, le croiseur léger a poussé plus tard le même jour et a dépassé la TF 16. Le 29 juillet, alors que tous les préparatifs pour l'invasion de Guadalcanal progressaient, Atlanta a été affecté à la TF 61.

Dépistant les transporteurs alors qu'ils lançaient des frappes aériennes pour soutenir les atterrissages initiaux les 7 et 8 août, Atlanta y resta jusqu'au retrait des forces aéronavales le 9. Pour les prochains jours, elle est restée en mer, se reconstituant si nécessaire pendant que la force opérationnelle opérait près des Salomon.

Bataille des Salomon orientales

Alors que les Américains consolidaient leurs gains sur Guadalcanal, le besoin critique de renforts incita l'amiral japonais Isoroku Yamamoto à envoyer la flotte combinée au sud pour couvrir un grand convoi de troupes. Des avions de reconnaissance américains ont repéré les forces japonaises dans la matinée du 23 août. Avec l'ennemi signalé au nord-ouest, Entreprise et Saratoga ont lancé des avions de recherche et d'attaque, mais ils n'ont pas réussi à établir le contact en raison de la détérioration des conditions météorologiques et du fait que les Japonais, sachant qu'ils avaient été repérés, ont inversé leur trajectoire.

Toute la journée du 24 août, Atlanta reçu des rapports de contact avec l'ennemi et contrôlé Entreprise alors qu'elle lançait un groupe d'attaque pour attaquer les porte-avions japonais. L'observation d'un « fouineur » ennemi à 1328 envoyé Atlanta ' s marins aux quartiers généraux, où ils sont restés pour les prochaines 5 heures et demie. À 15 h 30, le croiseur a parcouru jusqu'à 20 kn (23 160 mph 37 160 km/h) alors que la TF 16 se tenait à peu près au nord-nord-ouest "pour fermer [le] groupe de porte-avions ennemi signalé". A 16 h 37, à l'approche d'avions non identifiés, Atlanta est allé à 25 kn (29 mph 46 km/h). Entreprise puis a lancé un groupe de grève peu de temps après, achevant l'évolution à 1706.

Pendant ce temps, les bombardiers et avions de chasse ennemis arrivant de Shōkaku et Zuikaku a incité le groupe de travail à augmenter la vitesse à 27 kn (31 mph 50 km/h), peu de temps après Entreprise terminé le lancement de son propre avion, le raid japonais, estimé par le capitaine Jenkins à au moins 18 bombardiers en piqué Aichi D3A1 "Val", est arrivé du nord-ouest à 17 h 10. Au cours des 11 minutes suivantes, Atlanta Les batteries de 5 & 160 pouces (130 & 160 mm), 1,1 & 160 pouces (28 & 160 mm) et 20 mm ont contribué au barrage sur Entreprise, comme le croiseur léger était conforme à Entreprise ' s chaque mouvement alors qu'elle manœuvrait violemment pour éviter les bombardiers en piqué.

Malgré les tirs antiaériens nourris, Entreprise a pris un coup et a subi des dommages causés par des éclats d'obus d'environ cinq près de coups. Le capitaine Jenkins a rapporté plus tard que son navire pourrait avoir abattu cinq des assaillants.

Se présentant à la TF 11 pour le service le lendemain, Atlanta opéré avec cette force, rebaptisée TF 61 le 30 août, au cours des jours suivants. Lorsque I-26 torpillé Saratoga le 31 août, le croiseur léger a projeté le navire amiral sinistré comme Minneapolis a gréé un câble de remorquage et a commencé à la mettre hors de danger. La force est finalement arrivée à Tongatapu le 6 septembre, où Atlanta navire ravitaillé, alimenté par La Nouvelle Orléans, et a bénéficié d'une période d'entretien.

En cours le 13 septembre, le croiseur léger a escorté Lassen et Hammondsport le 15. Après avoir vu ses chargements sains et saufs à destination de la baie de Dumbea, Nouméa, le 19, Atlanta ravitaillé, a pris des magasins et des munitions et a navigué le 21 dans le cadre du Groupe de Tâche 66.4 (TG 66.4). Intégré à la TF 17 le 23 septembre, le croiseur léger est détaché le lendemain pour procéder en compagnie de Washington, Marche et Benham à Tongatapu, qu'elle atteignit le 26.

En cours avec ces mêmes navires le 7 octobre, Atlanta a brièvement escorté les transports à destination de Guadalcanal du 11 au 14 octobre, avant de se rendre à Espiritu Santo pour le carburant dans l'après-midi du 15. Affecté ensuite à la TF 64 du contre-amiral Willis A. Lee, le navire a navigué après la tombée de la nuit ce même jour pour reprendre les opérations couvrant les efforts en cours pour sécuriser Guadalcanal. De retour brièvement à Espiritu Santo pour le carburant, les provisions et les provisions, le navire de guerre s'est distingué du canal Segond dans l'après-midi du 23 octobre.

Deux jours plus tard, alors qu'une offensive de l'armée japonaise n'avait pas réussi à éjecter les Américains de Guadalcanal, l'amiral Yamamoto envoya la flotte combinée vers le sud pour tenter d'anéantir les forces navales américaines qui soutenaient obstinément les marines. Atlanta a opéré dans TF 64, avec Washington, San Francisco, Hélène et deux destroyers, alors que les forces opposées se sont engagées dans la bataille des îles Santa Cruz le 26 octobre. Ce jour là, Atlanta patrouillaient à l'arrière du groupe de ravitaillement soutenant les deux forces opérationnelles porte-avions américaines. Le 27, quand I-15 attaqué la TF 64, la force a manœuvré à grande vitesse pour dégager la zone.

Le matin du 28, Atlanta amené à bord le contre-amiral Norman Scott de San Francisco, et est devenu le vaisseau amiral du nouveau TG 64.2. Après avoir fait le plein de Washington, Atlanta, masqué par quatre destroyers, se dirigea vers le nord-ouest pour bombarder les positions japonaises sur Guadalcanal. Atteindre les eaux au large de Lunga Point le matin du 30, Atlanta a embarqué des officiers de liaison Marine à 0550 et a fumé ensuite à l'ouest, en commençant son bombardement de Point Cruz à 0629 tandis que les destroyers ont formé une colonne à l'arrière. Ne provoquant aucun retour de feu, le TG 64.2 a accompli sa mission et est retourné à Lunga Point, où Atlanta débarqua les officiers de liaison. Elle s'est ensuite rendue, en compagnie de son écran, à Espiritu Santo, où elle est arrivée dans l'après-midi du 31 octobre.

Bataille navale de Guadalcanal

Escorte de convoi

Atlanta servi comme navire amiral de l'amiral Scott en tant que croiseur léger, accompagné de quatre destroyers, escorté Zeilin, Balance et Bételgeuse à Guadalcanal. Le croiseur et ses consorts ont continué à filtrer ces navires, désignés TG 62.4, alors qu'ils licenciaient Lunga Point le 12 novembre, déchargeant des fournitures et débarquant des troupes.

À 9 h 5, le groupe opérationnel a reçu un rapport selon lequel neuf bombardiers et 12 chasseurs approchaient du nord-ouest et atteindraient leur voisinage vers 9 h 30. Vers 9 h 20, Atlanta conduit les trois auxiliaires au nord en colonne, avec les destroyers espacés en cercle autour d'eux. 15 minutes plus tard, neuf "Vals" de Salut a émergé des nuages ​​au-dessus de Henderson Field, la piste d'atterrissage américaine de Guadalcanal. Les navires américains ont ouvert le feu peu de temps après, mettant en place un barrage qui a abattu « plusieurs » avions. Heureusement, aucune des cibles principales de l'attaque, Zeilin, Balance et Bételgeuse, a subi des dommages plus que mineurs de plusieurs appels rapprochés, bien que Zeilin subi quelques inondations. Les trois auxiliaires sont retournés dans les eaux au large de la pointe Lunga dès la fin de l'attaque et ont repris le travail de cargaison et de débarquement des troupes.

Un peu plus d'une heure plus tard, à 10 h 50, Atlanta reçu le mot d'un autre raid aérien japonais entrant. 15 minutes plus tard, Atlanta mena les trois auxiliaires au nord avec les destroyers en cercle autour de la disposition. Les "bogeys", 27 Mitsubishi G4M "Bettys" de Rabaul, fermés, aperçus en direction ouest par nord, s'approchant du cap Espérance dans une formation en "V" très lâche. Bien que les destroyers aient ouvert le feu, les avions se sont avérés hors de portée et les navires ont arrêté le feu. Les "Betty", pour leur part, ignorèrent les navires et continuèrent à bombarder Henderson Field. A la disparition des avions, le TG 62.4 a repris le déchargement au large de Lunga Point.

Le 12 novembre, Atlanta était toujours au large de Lunga Point, examinant le déchargement, dans le cadre de la TF 67 sous le contre-amiral Daniel J. Callaghan en San Francisco. Vers 1310, Atlanta reçu un avertissement indiquant que 25 avions ennemis se dirigeaient vers Guadalcanal, qui devraient arriver dans les 50 minutes. Le croiseur léger se rendit aux quartiers généraux à 13 h 18 et reçut le signal « préparez-vous à repousser une attaque aérienne ».

En six minutes, Atlanta et les autres combattants du groupe de soutien formaient un écran autour du groupe de transport (TG 67.1), et les deux groupes se dirigeaient ensemble vers le nord à 15 & 160 nœuds (17 & 160 mph 28 & 160 km/h). Vers 14 h 10, les Américains ont aperçu le raid entrant, composé de ce qui semblait être 25 bombardiers bimoteurs ("Bettys") qui se sont divisés en deux groupes après avoir nettoyé l'île de Floride, sont arrivés à des altitudes allant de 25 à 50 pieds. (8 à 16m). Juneau a ouvert le feu à 1412. Atlanta l'a fait une minute plus tard, entraînant ses armes à feu sur des avions se dirigeant vers l'espace dans l'écran entre San Francisco et Buchanan. Atlanta a affirmé avoir abattu deux "Bettys", juste après qu'ils aient largué leurs torpilles, vers 14 h 15, trois minutes seulement avant la fin de l'attaque. Une fois le dernier avion japonais éclaboussé, les travaux de déchargement des transports et des cargos ont repris. Une "Betty", paralysée par des tirs antiaériens, s'est écrasée contre la superstructure arrière de San Francisco, infligeant les seuls dommages à la force.

Attaque de nuit

La fin abrupte de l'attaque aérienne a donné Atlanta et ses collègues seulement un bref répit, cependant, pour les ennuis approchés d'encore un autre quart. Une force de surface japonaise, composée de deux cuirassés, un croiseur et six destroyers, a été détectée en route vers le sud en direction de Guadalcanal pour bombarder Henderson Field. Le groupe de soutien de l'amiral Callaghan devait « couvrir [les transports et les cargos en retraite] une nouvelle attaque ennemie ». Le TG 67.4 a quitté Lunga Point vers 1800 et s'est dirigé vers l'est par le canal Sealark, couvrant le retrait du TG 67.1. Une heure avant minuit, les navires de Callaghan ont changé de cap et se sont dirigés vers l'ouest.

Hélène Le radar a capté le premier contact à une portée de 26 000 & 160 m (24 000 & 160 m). Au fur et à mesure que la gamme fermait, Atlanta Le radar de recherche de surface, suivi de ses radars d'artillerie, a détecté un contact avec les navires ennemis.

L'ordre de l'amiral Callaghan de changer de cap a causé des problèmes presque immédiatement, car Atlanta a dû virer à bâbord (à gauche) immédiatement pour éviter une collision avec l'un des quatre destroyers du fourgon, ce dernier ayant apparemment exécuté un mouvement de "navires à gauche" plutôt que de "colonne à gauche". Comme Atlanta a commencé à bouger pour reprendre sa station avant San Francisco, le destroyer japonais Akatsuki [1] illumina le croiseur léger et en subit immédiatement les conséquences. Atlanta a déplacé sa batterie principale pour tirer sur le destroyer ennemi, ouvrant le feu à une distance d'environ 1 600 verges (1 500 m) et, avec d'autres navires américains qui se sont concentrés sur Akatsukiles projecteurs de , ont simplement submergé le malheureux destroyer. [ 2 ] [ 3 ]

Alors que deux autres destroyers japonais franchissaient sa ligne, Atlanta s'est engagé à la fois avec ses montures avant de 5 pouces (130 mm), tandis que ses montures arrière ont continué à exploser sur le navire illuminé. Un assaillant supplémentaire non identifié s'est également ouvert sur le croiseur léger depuis le nord-est. À peu près à ce moment-là, au moins une torpille s'est enfoncée dans celui d'Atlanta salle des machines avant du côté bâbord, tiré presque certainement par l'un ou l'autre Inazuma ou Ikazuchi [ 4 ] (Akatsukiconsorts de destroyers). Atlanta a perdu tout sauf la puissance diesel auxiliaire, a subi l'interruption de ses coups de feu et a dû déplacer le contrôle de la direction vers la salle des machines de direction à l'arrière. pendant ce temps Akatsuki, maintenant un charnier flottant, a dérivé hors de l'action et a rapidement coulé avec de lourdes pertes en vies humaines. Michiharu Shinya, Akatsuki's Chief Torpedo Officer, l'un de ses rares survivants, a été secouru le lendemain par les forces américaines et a passé le reste de la guerre dans un camp de prisonniers de guerre néo-zélandais. [ 5 ] (Ce dernier a déclaré sans équivoque que Akatsuki avais ne pas pu tirer tout torpilles cette nuit-là avant d'être submergé par des coups de feu. [ 6 ] )

Peu de temps après avoir été torpillé, Atlanta a ensuite été touché par environ dix-neuf obus de 8 pouces (200 mm) lorsque San Francisco, "dans l'urgence de la bataille, de l'obscurité et du mélange confus d'amis ou d'ennemis", lui a tiré dessus. Bien que presque tous les obus aient traversé la fine peau du navire sans exploser, dispersant de la teinture verte, les fragments de leur impact ont tué de nombreux hommes, dont l'amiral Scott et des membres de son personnel. Atlanta prêt à riposter contre son nouvel agresseur, mais celui de San Francisco propres flashs d'armes à feu ont révélé un "profil de coque non japonais" distinctement qui a entraîné une suspension de ces efforts. celui de San Francisco obus, qui traversaient haut celui d'Atlanta superstructure, peut avoir été destiné à une cible japonaise plus loin d'elle celui de San Francisco perspective. [ 7 ]

Après la fin de l'incendie de 8 & 160 pouces (200 & 160 mm), Atlanta Le capitaine Jenkins fit le point sur la situation et, n'ayant qu'une blessure mineure au pied, se dirigea vers l'arrière de Battle II. Son navire a été gravement battu, en grande partie impuissant, par la tête et gîte légèrement à bâbord, et un tiers de son équipage était mort ou porté disparu. Alors que la bataille se poursuivait, les hommes du croiseur léger commencèrent à nettoyer les débris, larguant le poids du dessus pour corriger la gîte, réduisant le volume d'eau de mer dans le navire et secourant les nombreux blessés.

Naufrage

La lumière du jour a révélé la présence à proximité de trois destroyers américains en feu, les handicapés Portland, et la carcasse abandonnée de Yudachi, lequel Portland sommairement expédié avec trois salves. Atlanta, dérivant vers le rivage tenu par l'ennemi à l'est du cap Espérance, a jeté son ancre tribord, et son capitaine a envoyé un message à Portland expliquant l'état du croiseur léger. Des bateaux de Guadalcanal sont sortis pour prendre ses plus gravement blessés. En milieu de matinée, tout avait été pris.

Bobolink arrivé à 9 h 30 le 13 novembre, a pris Atlanta en remorque, rendu plus difficile par l'ancre encore baissée du croiseur, et se dirige vers la pointe Lunga. Pendant le voyage, un bombardier "Betty" s'est approché de la disposition, et l'un des deux supports de 5 & 160 pouces (130 & 160 mm) survivants, celui alimenté par un générateur diesel, a tiré et l'a chassé. L'autre monture, à commande manuelle, n'a pas pu être entraînée à temps.

Atlanta atteint Kukum vers 14h00, moment auquel le capitaine Jenkins s'est entretenu avec ses officiers restants. Comme Jenkins, qui a plus tard reçu une Navy Cross pour son héroïsme pendant la bataille, a écrit plus tard : « Il était maintenant évident que les efforts pour sauver le navire étaient inutiles et que l'eau gagnait régulièrement. » Même si des installations de sauvetage suffisantes avaient été disponibles, a-t-il admis, les graves dommages qu'elle avait subis auraient rendu difficile la sauvegarde du navire. Autorisé par le commandant des Forces du Pacifique Sud à agir à sa discrétion concernant la destruction du navire, Jenkins a ordonné que Atlanta être abandonné et coulé avec une charge de démolition.

En conséquence, tous les hommes restants, à l'exception du capitaine et d'une équipe de démolition, sont montés à bord des bateaux Higgins envoyés de Guadalcanal à cet effet. Après que la charge ait été placée et a explosé, les derniers hommes ont quitté le navire battu. Finalement, en 2015, le 13 novembre 1942, Atlanta a coulé à 3 & 160 mi (5 & 160 km) à l'ouest de Lunga Point dans environ 400 & 160 pieds (120 & 160 m) d'eau. Son nom a été rayé du Naval Vessel Register le 13 janvier 1943.

L'épave (Une brève histoire)

L'épave de l'USS Atlanta a été découvert pour la première fois lors d'une expédition dirigée par le Dr Robert Ballard (célèbre pour avoir dirigé les expéditions qui ont découvert le RMS Titanesque et DKM Bismarck) en 1992 à l'aide d'un ROV (Remotely Operated Vehicle). Malheureusement, des conditions océaniques difficiles, c'est-à-dire de forts courants océaniques et une mauvaise visibilité sous-marine ont empêché l'expédition d'explorer en profondeur Atlanta. Deux ans plus tard, en 1994, deux « plongeurs techniques » australiens Rob Cason et Kevin Denlay se sont rendus aux Îles Salomon avec l'intention expresse d'être les premiers plongeurs à plonger. Atlanta, mais malheureusement, en raison de l'absence d'un navire de support de surface approprié et des forts courants de surface, ils ont échoué. (Il s'agissait de la première expédition de plongée sous-marine au gaz mixte à Guadalcanal.)

Ils ont cependant réussi à plonger dans l'une des deux épaves les plus profondes (autre que Atlanta), les transports japonais Asumasan Maru qui a près de 90 mètres de profondeur à l'arrière - l'autre étant le Sasako Maru que Denlay a plongé l'année suivante, et qui atteint plus de 90 mètres dans le champ de débris effondré du «pont». (Bien que de nombreuses autres épaves de la Seconde Guerre mondiale découvertes par le Dr Ballard se trouvent dans Iron Bottom Sound, elles sont hors de portée même pour les plongeurs les plus expérimentés, accessibles uniquement par ROV ou submersibles. Voir le livre Les navires perdus de Guadalcanal de Robert Ballard.) Cette même année, c'est-à-dire 1995, Denlay est revenu avec son copain de plongée de l'époque, l'Américain Terrance Tysall, et a plongé avec succès l'USS Atlanta pour la première fois, les tout premiers plongeurs à l'avoir fait et à l'époque la plongée sur épave la plus profonde par des plongeurs nageurs libres de l'hémisphère sud.

Au cours des années suivantes, Denlay et Tysall ont monté plusieurs expéditions habitées plus importantes dédiées spécifiquement à l'arpentage d'Atlanta - explorant et filmant l'épave en détail à une profondeur de 430 & 160 pieds / 130 m (son arc. [ 8 ] Malheureusement, les troubles civils qui ont commencé à la fin de 1998 suspended diving activities on Guadalcanal for a couple of years, but during their final expedition that year Kevin's wife Mirja made (on Atlanta) what at the time was the deepest wreck dive by a woman anywhere in the world. Denlays' last visit to the wreck was in 2002 using a closed circuit rebreather or CCR, at the time the first CCR dive on Atlanta. [ 9 ] Since then very few dives have been conducted on Atlanta, although in May 2011 a very experienced deep diving team from the Global Underwater Explorers successfully completed an expedition that video'd the wreck for documentary purposes, the first 'survey' of the wreck since Denlay's expeditions in the late '90's.


Poveste

După punerea în funcțiune, pe 24 decembrie 1941, și-a făcut călătoria inițială de -a lungul coastei atlantice americane . La începutul lunii aprilie 1942 a stabilit cursul pentru Pacific .

Prima ta misiune din timpul războiului din Pacific a fost însoțirea unui convoi din Pacificul de Sud. Apoi a fost repartizată în grupul de lucru cu portavioanele Entreprise și frelon , cu care a participat la bătălia de la Midway din iunie 1942 .

La mijlocul lunii iulie 1942, nava a părăsit Pearl Harbor pentru a participa la operațiuni în Pacificul de Sud. La începutul bătăliei de la Guadalcanal, la începutul lunii august, ea a escortat portavioanele care susțineau debarcările pe Guadalcanal și Tulagi .

Mai târziu , în luna însoțite Atlanta Entreprise în Bătălia de Insulele Solomon de Est și a protejat Saratoga dupa aceasta de un japonez torpilă a fost lovit.

În următoarele câteva luni, sarcina lor principală a fost protejarea unităților mai mici în timpul bătăliei în curs pentru Guadalcanal. După bătălia din Insulele Santa Cruz , în care a fost implicată doar de la distanță, și-au mutat operațiunile din ce în ce mai aproape de insula principală. La 30 octombrie, Atlanta a bombardat pozițiile japoneze pe Guadalcanal cu armele lor și, aproximativ două săptămâni mai târziu , armele antiaeriene au tras avioane japoneze care au atacat navele de transport și aprovizionare americane.

În noaptea de 12 spre 13 noiembrie 1942, pilotul Atlanta al unei forțe de lucru sub controlul amiralului Norman Scott , care consta din crucișătoare și distrugătoare și avea ordinul de a intercepta navele japoneze care doreau să bombardeze Henderson Field pe Guadalcanal. Următoarea bătălie navală de la Guadalcanal a fost o bătălie haotică care a fost purtată pe vreme rea și cu vizibilitate limitată. Este considerat a fi una dintre cele mai brutale bătălii pe mare din cel de-al doilea război mondial și ambele părți au suferit pierderi materiale și de personal ridicate. Atlanta a suferit leziuni grave de la un hit torpilă japoneză și artilerie mai departe de foc de la inamic și nave deținute. Contraamiralul Scott a fost ucis în atacuri. Deși echipajul a încercat să salveze nava toată ziua de 13 noiembrie, aceasta a fost abandonată și scufundată după-amiaza la ordinul comandantului lor.

În Atlanta se află pe ei babord off Lunga Point , în Savo Sound cunoscut ca Ironbottom sunet. Epava a fost investigată folosind ROV-uri în 1991 și 1992 . Scafandrii au vizitat ulterior naufragiul. În 2011, Atlanta , care are o adâncime de 130 m, a fost scufundată și filmată din nou. Documentarul Return to the USS Atlanta a fost creat din filmări .


USS Atlanta CL-51 Atlanta Class Light Cruiser ( 1:1 )

USS Atlanta (CL-51) of the United States Navy was the lead ship of the Atlanta class of eight light cruisers. She was the third Navy ship named after the city of Atlanta, Georgia. Designed to provide anti-aircraft protection for US naval task groups, Atlanta served in this capacity in the naval battles Midway and the Eastern Solomons. Atlanta was heavily damaged by Japanese and friendly gunfire in a night surface action on 13 November 1942 during the Naval Battle of Guadalcanal. The cruiser was sunk on her captain's orders in the afternoon of the same day.

Atlanta , in some works, is designated CLAA-51 because of her primary armament as an anti-aircraft cruiser. Hence, all of the Atlanta -class ships are sometimes designated as CLAA. However, her entire battery of 5-inch (127 mm) guns were dual-purpose (DP) guns, and were capable of being used against both air and surface targets, able to fire anti-aircraft, high-explosive and armor-piercing shells.

The Atlanta -class ships were lightly armored, making them poor surface combatants compared to a typical light cruiser. In terms of armament, the Atlanta class was closer to a destroyer, being armed with 5-inch guns, than a light cruiser, which were generally equipped with 6-inch guns but at well over 500 feet (152 m) in length, and combined with their large battery of sixteen 5-inch (127 mm) guns (reduced to twelve in number for later ships of the class), they were designated as light cruisers. Typical destroyers of the time only carried five or six 5-inch guns. [ citation needed ] Despite being under-armored for light cruisers, they had thicker armor than destroyers, which were notoriously underprotected.


USS Atlanta (CL-51) - History

USS Atlanta is the lead ship of her class of eight light cruisers, initially built for the USN as flotilla leaders in the late 1930s. Soon, captains in War Thunder may look forward to having the chance to command the iconic USS Atlanta herself, upon her arrival in the game as part of the upcoming update 1.91!

Briefly: A lightly armored, yet heavily armed American light cruiser, possessing excellent versatility thanks to its sixteen 5-inch dual purpose cannons!

USS Atlanta, light cruiser, USA, IV rank.

➖ Only light caliber cannons

➖ Relatively lightly protected

Atlanta-class light cruisers came to being in the late 1930s, during which the US Navy was considering a multitude of different design proposals for new light cruisers, which would be in accordance with the limitations set by the Second London Naval Treaty of 1936.

Having realized that all outstanding requirements couldn&rsquot be met with a limited displacement design, the decision was eventually made to adopt a smaller light cruiser design to act as a destroyer leader. As a result, the proposed design of what would become the Atlanta-class was selected for construction, with an initial order for four ships being issued in April 1939, followed by a second order for four further vessels in September 1940.

USS Atlanta, the lead ship of the class, was laid down on 22 April 1940 in Kearny, New Jersey and was subsequently commissioned into service in December of the following year, shortly after the US&rsquo entry into WWII. Atlanta would soon receive its baptism by fire, taking part in the Battle of Midway in June 1942 while on screening duty for American aircraft carriers.

USS Atlanta also took part in heavy fighting during the Battle of the Eastern Solomons, as well as the subsequent Naval Battle of Guadalcanal. During the latter, USS Atlanta received mortal damage during a Japanese night attack, both from enemy as well as friendly fire. Although the USS Atlanta made it through the night, it became clear the next morning that the damage was too severe to deal with and the order for scuttling was issued on 13 November 1942. Atlanta was subsequently struck from the Naval Register in January of the following year.

In War Thunder, USS Atlanta will be a new light cruiser, coming to rank IV of the American naval tree with the release of update 1.91. Being a highly requested addition to War Thunder naval forces, USS Atlanta will offer its future captains quite an unusual set of traits, unique to this warship in particular, giving it a high degree of versatility.

USS Atlanta&rsquos standout feature is its immediately noticeable large number of primary weapons. In fact, it pretty much defines the ship&rsquos silhouette! Armed with a whopping eight double 5-inch (127mm) cannons, USS Atlanta will become the most heavily armed ship in War Thunder, at least as far as primary weapons count is concerned.

The American 5-inch guns, often found on destroyers, are proven tools of destruction in War Thunder naval battles. Their dual-purpose nature makes them extremely versatile, giving the ship which is equipped with them the capability to effectively engage both surface targets as well as aircraft. Therefore, having a total of 16 of these lethal cannons will mean that aspiring Atlanta captains will be formidable foes when engaging lighter vessels, destroyers and aircraft.

Versatile and vigilant are exactly what captains of USS Atlanta will have to be in battle. Due to the ship only having four triple 28mm cannons acting as auxiliary weaponry, captains will more often than not have to take care of aerial threats themselves in the heat of battle or risk succumbing to an air strike. Fortunately, however, with the help of proximity-fused HE-VT rounds, you&rsquore more than well equipped to do so!

However, USS Atlanta is quite poorly protected for a light cruiser. With her armored belt only being a maximum of 3.75 inches (95mm), Atlanta is unable to sustain concentrated enemy fire for a prolonged period of time.

Taking on heavy, and in some cases, light cruisers may not be the best of ideas when commanding USS Atlanta not only due to her lackluster protection, but also due to the limited damage which the 5-inch cannons can inflict upon more heavily armored targets. In such cases, captains will want to rely on Atlanta&rsquos good mobility, since the ship can reach a top speed of 32.5 knots (60 km/h), to get them out of a tight spot.

USS Atlanta has set course for players&rsquo ports and is expected to arrive with the release of War Thunder update 1.91. In the meantime, be sure to stay tuned to the news for all the latest developments regarding the next update. Until then, captains!


Civil War: Official Records of the Union and Confederate Armies

"The matter of publishing the official records of the Civil War seems to have been considered by Congress as early as May 19, 1864 (Stat. L. v. 13, p. 406)." Other acts followed from time to time, and the work was carried on in a more or less desultory fashion until December 14, 1877, when Captain Robert N. Scott, later lieutenant-colonel, was detailed to take charge of the work. At that time, 47 of the 79 volumes, later known as "preliminary prints" (W45.9:) had been compiled and 30 copies of each had been printed.

Under Colonel Scott, the work was systematized and the plan finally adopted which has been carried on throughout the entire set know as the Official records. According to this plan, 4 series were issued as follows:

Series 1 Formal reports, both Union and Confederate, of the first seizures of United States property in the Southern States, and of all military operations in the field, with the correspondence, orders, and returns relating especially thereto. Series 2 Correspondence, orders, reports and returns, Union and Confederate, relating to prisoners of war and, so far as the military authorities were concerned, to state or political prisoners. Series 3 Correspondence, orders, reports and returns of the Union authorities, embracing their correspondence with the Confederate officials, not relating especially to the subjects of the 1st and 2d series. It embraces the annual and special reports of the Secretary of War, of the General-in-Chief, and of the chiefs of the several staff corps and departments the calls for troops and the correspondence between the national and the several State authorities. Series 4 Correspondence, orders, reports and returns of the Confederate authorities, similar to that indicated for the Union officials, as of the 3d series, but excluding the correspondence between the Union and Confederate authorities given in that series.

After the death of Colonel Scott, Col. H. M. Lazelle was placed in charge, and later a Board of Publication carried on the work under direction of the Secretary of War. The name most closely associated with the work from its inception to its completion is that of Joseph W. Kirkley, the compiler under whose personal examination each volume passed. In 1902, a revised edition of the additions and corrections, already printed with the general index (W45.5:130), was issued, a separate pamphlet for each volume, for insertion in the volumes of the set. The War Records Office (W45.) was merged into the Record and Pension Office, July 1, 1899. Previous to that time, of the total number of volumes of the Rebellion records, 116 volumes, that is, serial numbers 1 to 118, had been published by the War Records Office. The remaining 11 volumes and the general index were issued by the Record and Pension Office. It has seemed wise not to divide the few last volumes from the remainder of the set, hence, they are all entered under W45.5: The serial numbers as given below are the numbers assigned to the set by the issuing office as found in circular issued July 1, 1902, and also in preceding circulars. Most of the sets issued were bound in black cloth and, after series 1, v. 23 (serial no. 35), had the serial number stamped on the back, consequently, in the following list the serial numbers beginning with 36 are not bracketed.1909 Checklist, p. 1391.

(W45.7: and W45.8:) ["The atlas of the Official records consists of maps of battlefields, cities and their defenses, and parts of the country traversed by the armies. Parts 1, 25, and 26 contain view of besieged cities, forts, etc., and pt. 35 gives the uniforms and flags or the two armies, and other information. The location of Confederate troops or defenses is swhown in red and that of the Union troops in blue. This compilation was the work of Calvin D. Cowles. A sheet of additions and corrections was issued in 1902 to be inserted in the part containing the title-page, index, etc." W45.7:Part 1 and W45.7:Part 2 and Serial set 29981 and Serial set 29982.] 1909 Checklist, p. 1394. The atlas is not included in the reprint edition.


USS Atlanta CL51, LD-002r 3D printed in 1/450 Scale

Posted: 11/8/2020
This is my second attempt at building the USS Atlanta. My first was made using a DaVinci Mini. I liked it at the time but my recent efforts using the LD-002r to print fine details, blow it away and I like the Atlanta design too much to settle.

This was my first LD-002r print using opaque resin, I’m still on the fence about it. In Chitubox I increase the level exposure time from 6 seconds (that I used with clear resins) to 8 seconds but I still found that the most delicate parts failed to print and some layer de lamination was occurring. To my understanding that should signal increasing the exposure time a bit more, however the larger superstructure objects still came out just a tad larger than they should have and that suggests too long an exposure time… Perhaps the opaque resins are not as good rendering filigree design elements as the clear?

Below are the LD-002r prints I used to create USS Atlanta. I was very tempted to print the hull with the LD-002r as well, but chickened out. I decided to stick with what I knew and used my Ender 3 Pro. All said, no big surprises during the printing phase.

A few parts aren’t 3D printed: the main radar and crane cabling are both combinations of photo etch and stretched plastic sprue, the doors on the superstructure are photo etch, the jackstaff and flagstaff are both stretched sprue as is all the rigging.

One fail I experienced on this build was an attempt to drill (by hand) port holes into the bridge of the main superstructure. I didn’t think I could pull it off but wanted to try… They were not precisely equidistant, of uniform size or level and the defects were glaringly obvious. You can see the necessary repairs in one of the built but not yet primed shots. Over all though, this project went smooth and fast. For a fairly small amount of time and effort this version of Atlanta is head and shoulders above my first.

My first USS Atlanta attempt made with just the DaVinci Mini, spare PE and wire.


USS ATLANTA (CL-51)

This is the deepest and most challenging wreck that is dived in the Solomons and is the only divable wreck sunk form the naval engagement know as “The Barroom Brawl”.

On the 12th November a Japanese surface force, made up of two battleships, one cruiser and six destroyers, was detected steaming south toward Guadalcanal to shell Henderson Field.

Admiral Callaghan’s support group (including the Atlanta) was to “cover retiring transports and cargo vessels against enemy attack.” They departed Lunga Point at about 1800 and steamed eastward through Sealark Channel, covering the withdrawal of the transports. An hour before midnight, Callaghan’s ships reversed course and headed westward.

USS Helena’s radar picked up the first contact with the Japanese Battle Group at a range of 26,000yd (24,000m). As the range closed, Atlanta’s surface search radar, followed by her gunnery radars, picked up a contact on the enemy ships.

Admiral Callaghan’s order for a course change caused problems immediately, as Atlanta had to turn left immediately to avoid a collision with one of the four destroyers in the van, the latter having apparently executed a “ships left” rather than “column left” movement. As Atlanta began moving to resume her station ahead of San Francisco, Akatsuki illuminated the Atlanta and fired torpedoes. Atlanta shifted her battery to fire at the enemy destroyer, opening fire at a range of about 1,600yd (1,500m).

As two other Japanese destroyers crossed her line, Atlanta engaged both with her forward 5in (130mm) mounts, while her after mounts continued to blast away at the illuminated ship. In addition, an unidentified assailant also opened up on the light cruiser from the northeast. At about that time, at least one of Akatsuki’s torpedoes plowed into Atlanta’s forward engine room from the port side. She lost all but auxiliary diesel power, suffered the interruption of her gunfire, and had to shift steering control to the steering engine room aft. Atlanta shot out Akatsuki’s searchlight, and the enemy ship, battered by San Francisco’s gunfire as well, sank with all hands.

Soon after her duel with Akatsuki, Atlanta was hit by an estimated 19 8in (200mm) shells when San Francisco, “in the urgency of battle, darkness, and confused intermingling of friend or foe”, fired at her. Though almost all of the shells passed through the thin skin of the ship without detonating, scattering green dye, fragments from their impact killed many men, including Admiral Scott and members of his staff. Atlanta prepared to return fire on her new assailant, but San Francisco’s own gun flashes disclosed a distinctly “non-Japanese hull profile” that resulted in a suspension of those efforts.

After the 8in (200mm) fire ceased, Atlanta’s Captain Jenkins took stock of the situation, and, having only a minor foot wound, made his way aft to Battle II. His ship was badly battered, largely powerless, down by the head and listing slightly to port, and a third of his crew was dead or missing. As the battle continued, the light cruiser’s men began clearing debris, jettisoning topside weight to correct the list, reducing the volume of sea water in the ship, and tending the many wounded.

Daylight revealed the presence nearby of three burning American destroyers, the disabled Portland, and the abandoned hulk of Yudachi, which Portland summarily dispatched with three salvoes. Atlanta, drifting toward the enemy-held shore east of Cape Esperance, dropped her starboard anchor, and her captain sent a message to Portland explaining the light cruiser’s condition. Boats from Guadalcanal came out to take her most critically wounded. By mid-morning, all of those had been taken.

The Bobolink arrived at 0930 on 13 November, took Atlanta under tow, made harder by the cruiser’s still lowered anchor, and headed toward Lunga Point. Atlanta reached Kukum about 1400, at which point Captain Jenkins conferred with his remaining officers. As Jenkins, who was later awarded a Navy Cross for his heroism during the battle, later wrote, “It was by now apparent that efforts to save the ship were useless, and that the water was gaining steadily.” Even had sufficient salvage facilities been available, he allowed, the severe damage she had taken would have made it difficult to save the ship. Authorized by Commander, South Pacific Forces, to act at his own discretion regarding the destruction of the ship, Jenkins ordered that Atlanta be abandoned and sunk with a demolition charge.

Accordingly, all remaining men except the captain and a demolition party boarded Higgins boats sent out from Guadalcanal for the purpose. After the charge had been set and exploded, the last men left the battered ship. Ultimately, at 2015 on 13 November 1942, Atlanta sank 3mi (5km) west of Lunga Point in about 400ft (120m) of water.


Voir la vidéo: WOW- A. SUBMARINE REALY SMASHED INTO AN -UNDERSEA MOUNTAIN #WARTHOGDEFENSE (Janvier 2022).