Informations

Atlantide


L'Atlantide, probablement une nation insulaire mythique mentionnée dans les dialogues de Platon "Timaeus" et "Critias", a été un objet de fascination parmi les philosophes et les historiens occidentaux pendant près de 2400 ans. Platon (vers 424-328 av. J.-C.) le décrit comme un royaume puissant et avancé qui a sombré, en une nuit et un jour, dans l'océan vers 9 600 av. Les anciens Grecs étaient divisés quant à savoir si l'histoire de Platon devait être considérée comme une histoire ou une simple métaphore. Depuis le 19ème siècle, il y a eu un regain d'intérêt pour relier l'Atlantide de Platon à des sites historiques, le plus souvent l'île grecque de Santorin, qui a été détruite par une éruption volcanique vers 1600 av.

L'Atlantide de Platon

Platon (à travers le personnage de Critias dans ses dialogues) décrit l'Atlantide comme une île plus grande que la Libye et l'Asie Mineure réunies, située dans l'Atlantique juste au-delà des colonnes d'Hercule, généralement supposée signifier le détroit de Gibraltar. Sa culture était avancée et il avait une constitution étrangement similaire à celle décrite dans la « République » de Platon. Elle était protégée par le dieu Poséidon, qui fit de son fils Atlas le roi et homonyme de l'île et de l'océan qui l'entourait. Au fur et à mesure que les Atlantes devenaient puissants, leur éthique déclinait. Leurs armées ont finalement conquis l'Afrique jusqu'en Égypte et l'Europe jusqu'en Tyrrhénie (Italie étrusque) avant d'être repoussées par une alliance dirigée par les Athéniens. Plus tard, en guise de punition divine, l'île a été assaillie par des tremblements de terre et des inondations, et a sombré dans une mer boueuse.

Origines de l'histoire de l'Atlantide

Le Critias de Platon dit qu'il a entendu l'histoire de l'Atlantide par son grand-père, qui l'avait entendue de l'homme d'État athénien Solon (300 ans avant l'époque de Platon), qui l'avait apprise d'un prêtre égyptien, qui a dit que cela s'était passé 9 000 ans auparavant. Que Platon ait cru ou non à sa propre histoire, son intention en la racontant semble avoir été de renforcer ses idées d'une société idéale, en utilisant des histoires d'anciennes victoires et calamités pour rappeler des événements plus récents tels que la guerre de Troie ou la catastrophe d'Athènes. invasion de la Sicile en 413 av. L'historicité de l'histoire de Platon était controversée dans les temps anciens - son disciple Crantor l'aurait cru, tandis que Strabon (écrivant quelques siècles plus tard) enregistre la blague d'Aristote sur la capacité de Platon à conjurer les nations à partir de rien, puis à les détruire.

Atlantis refait surface

Dans les premiers siècles de l'ère chrétienne, Aristote était pris au mot et l'Atlantide était peu discutée. En 1627, le philosophe et scientifique anglais Francis Bacon a publié un roman utopique intitulé "La Nouvelle Atlantide", décrivant, comme Platon avant lui, une société politiquement et scientifiquement avancée sur une île océanique jusque-là inconnue. En 1882, l'ancien membre du Congrès américain Ignatious L. Donnelly a publié "Atlantis: The Antediluvian World", qui a déclenché une frénésie de travaux tentant de localiser et d'apprendre d'une Atlantide historique. Donnelly a émis l'hypothèse d'une civilisation avancée dont les immigrants avaient peuplé une grande partie de l'Europe ancienne, de l'Afrique et des Amériques, et dont les héros avaient inspiré la mythologie grecque, hindoue et scandinave. Les théories de Donnelley ont été popularisées et élaborées par des théosophes du début du XXe siècle et sont souvent incorporées dans les croyances contemporaines du New Age.

De temps en temps, les archéologues et les historiens localisent des preuves : une ville marécageuse et préhistorique sur la côte espagnole ; une formation rocheuse sous-marine suspecte aux Bahamas, qui pourrait être à l'origine de l'histoire d'Atlantis. Parmi ceux-ci, le site le plus largement accepté est l'île grecque de Santorin (ancienne Théra), une caldeira à moitié submergée créée par le massif du deuxième millénaire avant notre ère. éruption volcanique dont le tsunami a peut-être accéléré l'effondrement de la civilisation minoenne en Crète.


Atlantide (série)

Atlantide est une série d'histoire alternative écrite par Harry Turtledove. [1] [2] Le point de divergence se produit il y a environ 85 millions d'années lorsque la partie orientale du continent nord-américain se sépare du reste du continent et forme l'Atlantide, un continent séparé plus à l'est dans l'océan Atlantique.

Atlantide
AuteurHarry Tourterelle
PaysÉtats Unis
LangueAnglais
GenreHistoire alternative
ÉditeurLivres Roc
Publié2005–2010 ( 2005–2010 )

En plus des trois romans, deux nouvelles Audubon en Atlantide (2005) et La bande écarlate (2006) ont été écrits avant les romans et ils seront plus tard réimprimés dans la collection de nouvelles de Tourterelles. Atlantide et autres lieux (2010).

Le point de divergence par rapport à notre chronologie se produit il y a environ 85 millions d'années, lorsque la partie orientale du continent nord-américain (constituée en gros de la côte orientale actuelle des États-Unis, de l'extrême sud du Canada, de Cuba et d'Hispaniola, de la Jamaïque, de Porto Rico et de divers petites îles des Caraïbes) se sépare du reste du continent et forme l'Atlantide, un continent séparé plus à l'est dans l'océan Atlantique.

L'histoire resterait plus ou moins la même que dans la vraie vie jusqu'aux environs de 1452, lorsque l'Atlantide est visitée pour la première fois connue par les humains. Les premières personnes connues à arriver sur Atlantis sont le pêcheur breton François Kersauzon et son équipage du Morzen (Français pour Sirène). Il promet à un collègue pêcheur, l'Anglais Edward Radcliffe, de le guider jusqu'à l'endroit en échange d'un tiers de son chargement de morue cette année-là. Radcliffe accepta l'accord et revint finalement avec sa famille et quelques autres pour créer une colonie, New Hastings. Peu de temps après, Kersauzon fonderait sa propre ville, Cosquer, et les pêcheurs basques érigeraient leur propre ville de Gernika au sud. Ces colonies ont à leur tour donné naissance et ont finalement été éclipsées par d'importantes possessions coloniales anglaises, françaises et espagnoles sur l'île.

Les descendants d'Edward Radcliffe joueront un rôle majeur tout au long de l'histoire de l'Atlantide. Alors que la famille Kersauzon continuerait à avoir des rôles dans la société atlantienne, elle serait loin derrière par rapport aux Radcliffes (ou une branche de Radcliffs supprimerait le « e » du nom).

Dans les premières années de la colonisation, Henry, le fils d'Edward Radcliffe, serait la première personne à naviguer sur la côte ouest de l'Atlantide, tandis que le frère d'Henry, Richard, traverserait régulièrement les montagnes Green Ridge à pied.

En 1470, le roi Édouard IV bannit Richard Neville, comte de Warwick, en Atlantide. Le comte tenterait de s'instituer en tant que seigneur de New Hastings. La résistance de Richard Radcliffe a conduit à la mort de son père Edward Radcliffe. Les fils Radcliffe ont réussi à rassembler suffisamment de soutien pour vaincre et tuer Warwick à la bataille de Strand. Ce serait le premier exemple de rébellion ayant lieu en Atlantide.

Dans les années 1660, Avalon était devenue le foyer d'un certain nombre de pirates, le plus célèbre d'entre eux étant Red Rodney Radcliffe. Lui et son équipage de pirates sur le Main noire lancerait des attaques contre les colonies espagnoles et néerlandaises de Terranova (le nom du reste de l'Amérique du Nord et du Sud) et de l'Atlantide anglaise. Les lignes maritimes à travers le golfe Hespérien couraient un tel danger que l'Angleterre et la Hollande mettraient leurs ressources en commun et travailleraient ensemble. Sous la direction de William Radcliff (le cousin germain du pirate), les pirates d'Avalon ont été battus avec un grand succès.

En 1761, la guerre de Sept Ans en Europe s'était étendue à l'Atlantide, l'Atlantide britannique (anciennement l'Atlantide anglaise) entrant en guerre avec l'Atlantide française et espagnole. Les combats sur le front de l'Atlantide furent finalement brefs par rapport aux autres fronts, bien que lorsqu'ils furent terminés, l'Atlantide française n'était plus et fut absorbée par l'Atlantide britannique.

Victor Radcliff était l'Atlante le plus haut placé du côté britannique. Grâce à ses actions décisives, le commandant britannique Charles Cornwallis a pu vaincre de manière décisive le général français Louis-Joseph de Montcalm (qui a été tué au combat en 1761) et le commandant français atlante Roland Kersauzon.

La victoire dans la guerre a eu des conséquences à long terme. Le coût financier de la victoire était assez élevé pour le Royaume de Grande-Bretagne, et il cherchait à récupérer cette perte en taxant ses sujets atlantes. De plus, l'Atlantide française s'était fortement appuyée sur l'esclavage mobilier, et sa perpétuation était cruciale pour garder les sujets français apaisés, en particulier lorsque les colons britanniques se dirigeaient vers le sud après la guerre.

En 1775, les Atlantes en avaient marre de la fiscalité britannique, et avec cela, la guerre d'indépendance des Atlantes a commencé. La guerre durera trois ans et se terminera en 1778. Avec Victor Radcliff aux commandes, et avec l'aide éventuelle de la France, Atlantis a obtenu son indépendance en tant qu'États-Unis d'Atlantis. À leur indépendance, les États-Unis de l'Atlantide adopteraient un gouvernement républicain basé sur la République romaine.

Bien qu'ils aient obtenu la paix avec les Britanniques, les États-Unis d'Atlantis se sont à nouveau battus avec eux en 1809 après qu'Atlantis ait apporté son aide aux rébellions à Terranova. La guerre de 1809 s'est terminée par un match nul entre l'Atlantide et le Royaume-Uni, bien que l'Atlantide ait sans doute subi une défaite substantielle à plusieurs points.

Les idéaux de la guerre d'indépendance ne se sont pas traduits par la fin de l'esclavage. L'esclavage était jugé trop important dans ce qui était autrefois l'Atlantide française pour qu'on s'en mêle. Il s'est même étendu, lorsque Atlantis a acheté Gernika, la possession atlante du continent espagnol.

Les Atlantes africains asservis et les Terranovans Copperskin ont continué à chercher leur liberté, à travers divers soulèvements qu'ils ont commencés ont été rapidement écrasés. Enfin, en 1852, sous la houlette de Frederick Radcliff, le petit-fils illégitime de Victor Radcliff, l'Atlantide vit une insurrection semblable à la guerre de Sécession, si vaste et si bien organisée qu'elle ne pouvait être réprimée sans que le pays tout entier ne paie un trop lourd tribut. prix cher en sang et en trésor. L'insurrection a forcé le Sénat Atlante à abolir l'esclavage une fois pour toutes.

Le reste du 19ème siècle serait relativement calme en Atlantide. Depuis ses tout débuts, Atlantis a fait semblant d'être égalitariste. Ainsi, des gens du monde entier immigreraient en Atlantide. Il a également mis l'accent sur la tolérance religieuse. Par conséquent, une nouvelle forme atlante de christianisme est apparue au début du XIXe siècle, appelée la Maison de la dévotion universelle. Son fondateur, Samuel Jones, soutenait que Dieu vivait dans tout le monde et que, si nous vivions simplement le bon style de vie, nous pourrions surmonter nos limites et devenir divins. La Chambre était vocalement anti-esclavagiste bien avant la Grande Insurrection. Dans les années 1880, une cabale de l'establishment atlante, dégoûtée par la rapidité avec laquelle la Maison s'était développée, a tenté d'impliquer Jones dans le meurtre de plusieurs critiques. Lorsque le complot a été dénoué par un détective-conseil britannique, la société atlante s'est inquiétée du fait que la maison était désormais à l'abri des critiques.

  1. ^"Série Atlantis Uchronia.net".
  2. ^
  3. "PenguinRandomHouse.com Atlantis".
  4. ^
  5. "L'Atlantide d'Ouverture de Fiction.com fantastique".
  6. ^
  7. "Fantastic Fiction.com Les États-Unis d'Atlantis".
  8. ^
  9. "Fantastic Fiction.com libérant l'Atlantide".

Cet article d'un roman d'histoire alternative est un bout . Vous pouvez aider Wikipedia en l'étendant.


Le continent « perdu »

Malgré son origine claire dans la fiction, de nombreuses personnes au cours des siècles ont affirmé qu'il devait y avoir une part de vérité derrière les mythes, spéculant sur l'endroit où l'Atlantide se trouverait. D'innombrables "experts" d'Atlantis ont localisé le continent perdu dans le monde entier sur la base du même ensemble de faits. Les candidats - chacun accompagné de ses propres ensembles de preuves et d'arguments - comprennent l'océan Atlantique, l'Antarctique, la Bolivie, la Turquie, l'Allemagne, Malte et les Caraïbes.

Platon, cependant, est clair sur l'endroit où se trouve l'Atlantide : poser une île qui était plus grande que la Libye et l'Asie réunies." En d'autres termes, il se situe dans l'océan Atlantique au-delà des « piliers d'Hercule » (c'est-à-dire le détroit de Gibraltar, à l'embouchure de la Méditerranée). Pourtant, il n'a jamais été trouvé dans l'Atlantique, ni nulle part ailleurs.

La seule façon de faire de l'Atlantide un mystère (et de supposer qu'elle était autrefois un lieu réel) est d'ignorer ses origines évidentes en tant que fable morale et de changer les détails de l'histoire de Platon, affirmant qu'il a accepté la vérité, soit par erreur, soit par intention de tromper. Avec l'ajout, l'omission ou l'interprétation erronée de divers détails dans l'œuvre de Platon, presque tous les emplacements proposés peuvent être adaptés à sa description.

Pourtant, comme l'a noté l'écrivain L. Sprague de Camp dans son livre « Continents perdus », « Vous ne pouvez pas changer tous les détails de l'histoire de Platon et prétendre toujours avoir l'histoire de Platon. C'est comme dire que le légendaire roi Arthur est « vraiment » Cléopâtre tout ce que vous devez faire est de changer le sexe, la nationalité, l'époque, le tempérament, le caractère moral et d'autres détails de Cléopâtre, et la ressemblance devient évidente."

Le signe le plus évident que l'Atlantide est un mythe est qu'aucune trace de celle-ci n'a jamais été trouvée malgré les progrès de l'océanographie et de la cartographie des fonds océaniques au cours des dernières décennies. Pendant près de deux millénaires, on pourrait pardonner aux lecteurs de soupçonner que les vastes profondeurs pourraient cacher d'une manière ou d'une autre une ville ou un continent englouti. Bien qu'il reste beaucoup de mystère au fond des océans du monde, il est inconcevable que les océanographes, les sous-mariniers et les sondes en eaux profondes du monde aient en quelque sorte raté une masse continentale "plus grande que la Libye et l'Asie réunies".

De plus, la tectonique des plaques démontre que l'Atlantide est impossible car les continents ont dérivé, le fond marin s'est étendu au fil du temps, sans se contracter. Il n'y aurait tout simplement aucun endroit où s'enfoncer Atlantis. Comme le note Ken Feder, « La géologie est claire, il n'y aurait pas eu de grande surface terrestre qui a ensuite coulé dans la zone où Platon place l'Atlantide. Ensemble, l'archéologie et la géologie modernes fournissent un verdict sans ambiguïté : il n'y avait pas de continent atlantique, il n'y avait pas de grande civilisation. appelé l'Atlantide."

Ignatius Donnelly était certain de sa théorie, prédisant que des preuves tangibles de la ville engloutie seraient bientôt trouvées et que les musées du monde entier seraient un jour remplis d'artefacts de l'Atlantide. Pourtant, plus de 130 ans se sont écoulés sans aucune preuve. La légende de l'Atlantide a été maintenue en vie, alimentée par l'imagination et la fascination du public pour l'idée d'une utopie cachée et perdue depuis longtemps. Pourtant, la "cité perdue de l'Atlantide" n'a jamais été perdue, elle est là où elle a toujours été : dans les livres de Platon.


Des terres qui vont et viennent

Il semble maintenant que Zealandia et Greater Adria ne soient que deux exemples récents de ce qui était autrefois un processus régulier semblable à celui de l'Atlantide. Les continents n'ont pas toujours été des éléments stables de notre planète, selon le géophysicien de l'Université d'Adélaïde, Derrick Hasterok. Au début de l'histoire de notre planète, il y a plus de 2 milliards d'années, c'étaient des choses fragiles et transitoires, qui s'effritaient facilement, se fracturaient ou s'érodaient simplement.

La raison surprenante de toute cette instabilité ? Radioactivité. La Terre est née avec beaucoup plus d'éléments radioactifs qu'elle n'en a maintenant (beaucoup d'entre eux se sont depuis désintégrés), dit Hasterok, et ces éléments s'accumulent de préférence dans les roches continentales. Lorsque les premiers continents se sont formés, ils ont semé les graines de leur propre disparition. La seule façon dont il sait qu'elles ont jamais existé est le manque curieux de roches à haute radioactivité dans les continents modernes. Ces roches n'existent pas, car les continents sur lesquels ils vivaient ont disparu depuis longtemps.


Atlantis, Lémurie & Maldek

Le compte ci-dessous a été adapté pour ce site Web à partir de l'Introduction à Les neuf libertés par le Dr George King. C'est l'histoire de nos vies passées en Atlantide, en Lémurie, et même avant notre venue sur Terre.

Maldek

Il y a des centaines de milliers d'années, il y avait une autre planète dans ce système solaire, de la taille de la Terre, qui faisait son orbite entre Mars et Jupiter. C'était un monde verdoyant et prospère habité par un peuple qui n'avait pas atteint un état de culture vraiment avancé, mais avait néanmoins atteint un stade qui offrait une abondance de nécessités qui rendaient la vie relativement confortable pour tous.

Ils étudiaient les philosophies et se mêlaient aux sciences comme nous, sauf que ces gens étaient plus avancés que nous à bien des égards. La planète était si hautement mécanisée que les robots s'occupaient de toutes les tâches subalternes. Les habitants avaient découvert une forme rudimentaire de voyage dans l'espace et pouvaient contrôler leur temps afin que la sécheresse et la famine soient oubliées depuis longtemps. La majorité, ayant de la nourriture en abondance et n'ayant aucune tâche subalterne à accomplir, se contenta bientôt de passer son temps au soleil. Ils sont devenus, en comparaison avec les cultures planétaires supérieures, un peuple égoïste et nonchalant cherchant son propre plaisir, comme le font la majorité des gens sur Terre aujourd'hui.

Cela a probablement commencé subtilement dans l'esprit de ces quelques hommes de science qui fuyaient la majorité tergiversée, dans une recherche fervente de conquête matérielle, s'exposant ainsi à l'incurable affliction.

La maladie mentale s'est manifestée comme une soif de plus de pouvoir.

Ils ont fait exploser une bombe à hydrogène et complètement détruit la planète Maldek et assassiné toute la population en un éclair aveuglant de flammes brûlantes. Tout ce qui reste maintenant de cette belle planète est la ceinture d'astéroïdes.

Les gens qui habitaient Maldek furent soudainement relâchés sur leurs différents plans éthériques. Selon la loi parfaite du karma, ces personnes devaient se réincarner à nouveau, sous une stricte limitation, sur une autre planète du système solaire. La Terre s'est approchée.

Les dieux ont fait appel à la Terre en tant qu'intelligence, lui demandant si elle serait prête à avoir de la compassion pour les tueurs de Maldek et à accepter leur réincarnation sur son dos. Dans sa grande compassion miséricordieuse, elle a accepté, acceptant ainsi des milliers d'années de limitation afin que ces formes de vie inférieures puissent acquérir une expérience essentielle. Les Dieux se sont alors approchés des vrais habitants de la Terre, une race d'individus hautement cultivée appelée – l'homme adamique, qui a également accepté de coopérer avec la venue sur Terre du peuple de Maldek.

Peu à peu, ceux qui étaient trop paresseux pour arrêter le crime cosmique choquant de la destruction de Maldek et ceux qui l'avaient réellement provoqué, se sont réincarnés sur Terre. L'homme adamique est resté pendant un certain temps à donner des instructions, des conseils et de l'aide - puis, conformément à la loi divine, a laissé les nouveaux habitants de la Terre à eux-mêmes.

Lémurie

Hors de la limitation grossière de la mutation atomique, la civilisation de la Lémurie (également connue sous le nom de Mu) a traîné son auto lasse. La Terre est devenue quelque peu semblable à ce qu'avait été Maldek. Le peuple a recommencé à sonder les philosophies et les sciences, et la civilisation lémurienne a prospéré.

À son apogée, c'était une civilisation d'une culture beaucoup plus raffinée que celle que nous connaissons sur Terre aujourd'hui. Les Lémuriens ont établi une liaison entre eux et des intelligences avancées d'autres planètes, qui leur ont beaucoup appris.

Mais hélas, la maladie a encore frappé.

La Lémurie était divisée en deux camps : le bien et le mal, le dernier camp sondant à nouveau l'atome. Pour la deuxième fois, les forces à l'intérieur des minuscules blocs de construction de Dieu ont été libérées - et la civilisation de la Lémurie a été détruite.

Atlantide

Encore une fois, ceux qui restaient sont nés d'une limitation grossière sur et hors d'un monde bouillonnant d'empoisonnement radioactif jusqu'à ce que, finalement, après des milliers d'années, un autre semblant de culture ait vu le jour et, lentement au début, puis prenant plus tard de l'ampleur, la civilisation de l'Atlantide s'est épanouie. sur Terre. Encore une fois, le voyage spatial a été établi. Encore une fois, certains ont écouté la voix de la sagesse venant de sources supérieures, et il y a eu une scission en trois camps définis. Les quelques-uns, à la recherche d'une force pour leur donner la conquête de l'ensemble du système solaire, la majorité s'en moquaient peu, parce qu'ils se contentaient de vivre dans leurs atermoiements, et les autres, qui s'étaient montrés prêts pour les enseignements supérieurs et possédaient le la logique et la foi pour accepter la voix de l'autorité supérieure.

Encore une fois, les esprits de la minorité sadique ont inventé l'armement atomique.

Comme cela s'était produit au moment de la chute de la Lémurie, ceux qui étaient prêts à être évacués juste avant la dévastation qui allait suivre, furent enlevés de la Terre par les Dieux depuis l'espace. Pendant ce temps, ceux en proie à l'avidité et à la soif de suprématie matérielle, se faisaient la guerre les uns contre les autres. Comme aucune des deux parties ne pouvait gagner une telle guerre atomique, la civilisation de l'Atlantide tomba en ruines radioactives carbonisées.

Aujourd'hui encore, les forces de l'atome se sont déchaînées. De nouveau, le monde est divisé contre lui-même.

Ne faisons pas la même erreur une quatrième fois !

Il faut aussi noter qu'après la destruction de la Lémurie, les Dieux ont jugé bon de placer une barrière autour de la Terre appelée par certains « le ring-pass-not ». En termes scientifiques, cette barrière est appelée « l'ionosphère ». Après la destruction de l'Atlantide, l'ionosphère s'est considérablement intensifiée. Cette intensification tendait à couper l'homme des formes supérieures d'inspiration, rendant l'avancement tellement plus difficile. Ce mouvement devait être réalisé conformément à la loi karmique.

Ceci est une très brève histoire de la raison pour laquelle nous sommes ici sur Terre et pourquoi nous sommes au bas de l'échelle évolutive dans ce système solaire. Aucun autre peuple du système solaire n'a commis le pire crime possible, à savoir celui d'assassiner une intelligence planétaire.

Bien que nous soyons aujourd'hui dans une position similaire à celle d'avant la destruction de Maldek, il existe une différence majeure entre les deux situations et c'est la suivante : les Seigneurs Suprêmes du Karma ont maintenant déclaré qu'en aucun cas cette planète ne sera la Mère La Terre sera détruite.


Top 10 des faits étonnants sur la cité perdue d'Atlantis

Le monde est plein de mystères non résolus. Malgré les grandes réalisations dans le domaine de la science, nous, les êtres humains, restons ignorants de beaucoup de choses qui nous entourent.

Plutôt que la terre sur laquelle nous vivons, ce qui nous semble plus étrange, c'est l'océan, qui abrite de nombreux mythes, légendes et mystères. Alors que les scientifiques ont réussi à expliquer bon nombre de ces mystères, il en reste encore quelques-uns inexpliqués.

Cités perdues, trésors cachés, navires mystiques font tous partie du monde marin séduisant. Parmi tous ceux-ci, la cité perdue d'Atlantis est en tête de liste.

Crédits image : Wikimedia, George Grie

La cité perdue de l'Atlantide, mentionnée pour la première fois par l'ancien philosophe grec Platon il y a plus de 2 300 ans, est connue comme l'un des plus anciens et des plus grands mystères du monde.

Selon Platon, le royaume insulaire utopique existait quelque 9 000 ans avant son époque et a mystérieusement disparu un jour. Célèbre pour avoir été l'exposition de tous les plaisirs mondains du monde, cette ville est aussi énigmatique qu'invitante.

Même après des années de recherche, la vérité exacte sur cette ville n'a pas été trouvée et cela ajoute encore plus à tous les folklores qui s'y rattachent. Lisez la suite pour découvrir ce qui est si fascinant dans cette ville ?

Où est l'Atlantide - L'emplacement mystérieux

La plus grande question qui effraie l'esprit de tous les scientifiques est de savoir où se trouve l'Atlantide. Les récits suggèrent que la ville aurait sombré dans la mer après un tremblement de terre ou un tsunami. Selon lui, la soi-disant Atlantis était une grande île située près du rocher de Gibraltar et se composait d'un temple de Poséidon et de murs et canaux concentriques.

Platon a ajouté que la ville sous la mer aurait dû être quelque part dans l'océan Atlantique. Cependant, aucune technologie à ce jour n'a révélé une telle ville sur le fond de l'océan.

Alors que certaines théories suggèrent que l'Atlantide est située en Méditerranée, au large des côtes espagnoles, peu ont également soutenu qu'elle pourrait même se trouver sous l'Antarctique.

Pendant longtemps, les Açores ont été considérées comme le site de la ville d'Atlantis. Cependant, les nouvelles recherches ont révélé un nouveau site et les scientifiques sont sûrs que l'Atlantide se trouve à Cadix, quelque part entre les eaux espagnoles et marocaines.

L'étendue de la vérité dans cette histoire est vraiment un mystère en soi. Des questions telles que où se trouve l'Atlantide ou existe-t-elle même pour de vrai sont toujours sans réponse. Mais jusqu'à ce que la vérité sous-jacente puisse être complètement dévoilée, le monde continuera à spéculer sur l'existence de la plus grande ville de tous les temps.

La taille inconnue de « la ville géante »

Platon, parlant du mystérieux royaume sous-marin, a écrit :

« Pour l'océan, il y avait à cette époque navigable car devant l'embouchure que vous les Grecs appelez, comme vous le dites, 'les colonnes d'Héraclès', il y avait une île qui était plus grande que la Libye et l'Asie réunies et il était possible pour les voyageurs d'alors à passer d'elle aux autres îles, et des îles à tout le continent en face d'elles qui englobe ce véritable océan.

Crédits image : Wikimedia, JERRYE ET ROY KLOTZ MD

D'accord avec Platon sur la taille de l'île, Tertullien, un auteur des premiers chrétiens qui croyait que l'Atlantide existait vraiment autrefois dans l'océan Atlantique, a déclaré qu'elle serait plus grande que la Libye et l'Asie d'aujourd'hui réunies.

Depuis que de nombreux autres ont proposé l'emplacement de la ville d'Atlantis dans la mer Méditerranée, des récits ont été publiés, évaluant la taille de la ville à la Crète, la plus grande île de la Grèce.

Cependant, dans de nombreuses histoires après l'ère de Platon, l'Atlantide était décrite comme une ville géante, manquant de quelque chose de spécifique sur la taille de la ville. Edgar Cayce, un mystique chrétien américain, a suggéré que l'Atlantide et l'Eurasie étaient de taille égale.

Conte de l'amour de Dieu

La légende dit que la ville de l'Atlantide a été construite par Poséidon - le dieu de la mer, des tempêtes et des tremblements de terre - lorsqu'il est tombé amoureux d'une femme mortelle Cleito. Il a fait cette ville au sommet d'une colline, dans une île isolée dans la mer, pour la protéger et l'a nommée Atlantis.

Selon l'histoire, Poséidon a parcouru le monde dans le but de trouver la plus grande île jusqu'à ce qu'il atteigne la plus grande de toutes, l'Atlantide et l'a trouvée habitée par des personnes plus belles et intelligentes que le reste du monde.

C'est alors qu'il tombe amoureux de Cleito lorsqu'il la retrouve sur l'île.

Le Palais de la "Captivation"

La nouvelle maison construite par Poséidon pour son amour dans la ville d'Atlantis était entourée d'anneaux d'eau et de terre. Les cinq anneaux d'eau étaient reliés à la terre à l'aide de cinq tunnels, où un immense canal reliait les anneaux d'eau extérieurs à l'océan.

Les tunnels pouvaient accueillir des navires et chaque route vers la ville était gardée par des portes et des tours. De plus, le mur qui entourait les anneaux était construit avec de la roche rouge, blanche et noire et était décoré de métaux précieux.

Pendant ce temps, il y avait une autre colline appelée la « colline de Cleito » où, croit-on, Poséidon a captivé sa femme parce qu'il se méfiait de sa loyauté. Cette colline était entourée d'immenses douves et piliers.

La statue dorée de Poséidon

La fable raconte que Cleito avait cinq paires de fils jumeaux avec Poséidon, dont l'aîné s'appelait Atlas. Les dix fils ont hérité de la grande ville et le premier enfant, Atlas, est devenu le premier souverain de l'Atlantide.

Cependant, on pense qu'ils ont également construit un immense temple pour leur père avec une statue géante de Poséidon chevauchant un char porté par des chevaux ailés.

La statue était entièrement en or et placée dans un temple avec son toit en spirale si haut que les nuages ​​​​dérivaient à travers les spirales du temple.

La ville autosuffisante et riche

La belle et fertile ville d'Atlantis, où vivaient des êtres mi-dieux et mi-humains, aurait été une région autosuffisante où les gens cultivaient leur propre nourriture et élevaient des animaux.

Les agriculteurs de la ville cultivaient les cultures dans les plaines fertiles de la périphérie à l'aide d'un système d'irrigation bien entretenu.

Ils ont également construit de beaux bâtiments et d'autres architectures à partir de matériaux comme la pierre noire et rouge. Ils avaient également accès à des métaux rares et même à des alliages comme le laiton et utilisaient beaucoup de cristaux à des fins de loisirs et d'expérimentation et avaient beaucoup de temps libre pour même jouer avec les volcans.

Montée de l'Atlantide

Outre la légende de la cité perdue de l'Atlantide et d'autres fables, le fait concernant la ville reste encore inconnu. Parmi les historiens et autres chercheurs, les découvertes d'Edgar Cayce avaient quelque chose de différent à raconter.

Edgar Cayce croyait à nouveau au lever de la cité perdue comme « le soleil se lève de la mer ». Il a prédit qu'une nouvelle terre apparaîtrait au large de la côte est de l'Amérique du Nord.

Il a également suggéré que les âmes d'un certain nombre de personnes vivant en Atlantide s'étaient incarnées en Amérique afin d'inaugurer une nouvelle ère de conscience humaine éclairée.

Crédits image : Wikimedia, Elkman

Connexion extraterrestre d'Atlantis

Des histoires prétendent également que les habitants originaux de la cité perdue d'Atlantis seraient d'origine extraterrestre et auraient atteint il y a environ 50 000 ans à partir du système stellaire lyrien.

Bien qu'elles soient beaucoup plus grandes et plus justes que l'être humain moyen d'aujourd'hui, la durée de vie moyenne de ces personnes aurait été de 800 ans, ce qui en fait un prototype vraiment robuste et fort de la race humaine existante à l'époque.

Pouvoirs exceptionnels des Atlantes

Comme certains prétendent que la cité perdue d'Atlantis était sur Mars, ou n'était qu'une colonie d'une civilisation extraterrestre, les habitants de la cité d'Atlantis croyaient posséder des pouvoirs exceptionnels tels que la capacité de contrôler la météo, de modifier les éruptions volcaniques.

Certains récits mentionnent également leur possession d'une sorte d'appareil leur permettant de canaliser l'énergie du temps et de l'espace.

Même si le mythe dit que les habitants de la ville d'Atlantis étaient des êtres supérieurs, certains pensent qu'il ne s'agit que d'une représentation mythique d'un mode de vie barbare.

Une fable basée sur des faits réels ?

Alors que beaucoup considèrent encore que la cité perdue d'Atlantis n'est qu'une légende, de nombreuses théories du complot circulent suggérant que la fable est en fait basée sur des événements réels.

L'explorateur océanique Robert Ballard trouve la logique dans l'histoire car elle a des similitudes avec une éruption volcanique massive sur l'île de Santorin dans la mer Égée près de la Grèce.

Ballard dit qu'une société très avancée qui y vivait a disparu soudainement comme cela s'est produit avec l'Atlantide. De même, Ignatius Donnelly confirme également l'existence et la disparition d'un continent médio-atlantique qui se trouvait à l'emplacement exact mentionné par Platon.

Au fil du débat, peu de chercheurs ont affirmé que ce royaume utopique était un véritable continent situé au large des Bahamas et qu'il a été englouti par le Triangle des Bermudes plus tard, tandis qu'un autre groupe a suggéré que l'Antarctique actuel est la version la plus récente de l'Atlantide.

Pendant ce temps, James Romm, professeur au Bard College à Annandale à New York, dit que Platon lui-même a créé l'histoire afin de transmettre certaines de ses théories philosophiques, principalement sur sa vision d'une civilisation idéale.

Clause de non-responsabilité:Les opinions des auteurs exprimées dans cet article ne reflètent pas nécessairement celles de Marine Insight. Les données et les graphiques, s'ils sont utilisés, dans l'article proviennent des informations disponibles et n'ont été authentifiés par aucune autorité statutaire. The author and Marine Insight do not claim it to be accurate nor accept any responsibility for the same. The views constitute only the opinions and do not constitute any guidelines or recommendation on any course of action to be followed by the reader.

The article or images cannot be reproduced, copied, shared or used in any form without the permission of the author and Marine Insight.

Vous recherchez des ressources maritimes pratiques mais abordables ?

Consultez les guides numériques de Marine Insight :

eBooks pour le département Deck - Des ressources sur une variété de sujets liés aux machines et aux opérations de pont.

eBooks pour le département des moteurs - Des ressources sur une variété de sujets liés aux machines et aux opérations de la salle des machines.

Économisez gros avec les packs combinés - Des packs de ressources numériques qui vous aident à économiser gros et s'accompagnent de bonus gratuits supplémentaires.

eBooks sur les systèmes électriques marins - Ressources numériques sur la conception, la maintenance et le dépannage des systèmes électriques marins


Atlantis and the Edgar Cayce Readings

For some years A.R.E. members and the organization itself have conducted expeditions in search of ruins or any remains of the lost continent of Atlantis. According to Cayce, Atlantis—located from the Gulf of Mexico to Gibraltar—was destroyed in a final catastrophic event environ 10,000 B.C. The focus of A.R.E. efforts has been in the Bimini area, however, other related locations have also been investigated. Research on the so-called Bimini Road has been hampered as researchers are split on the origin of the structure: some believe it is a manmade road or foundation while others assert it is natural beach rock, which fractured in place. However, a seldom-discussed fact is that a portion of the Bimini Road was removed after a hurricane in 1926.

Before the end of the last Ice Age (12,000-years ago) the ocean levels were at least 300 feet below their current levels. A vast "island" was in the area in those remote times rather than chains of islands. Edgar Cayce referred to Bimini as one of the mountaintops of ancient Atlantis. While few would consider the island a mountain, 12,000-years ago it was one of the highest points on the vast land formation in the region. Bimini and Andros Island, lying about 100 miles to the east of Bimini, were a part of the same island in 10,000 B.C.—called "Poseidia" temple which sunk in 10,000 B.C. and is, according to Cayce, covered by "the slime of ages." This record hall is identical to the one in Egypt under the Sphinx.

Archaeologists have countered that the remains of civilization in the region only go back 7,000 years—or perhaps even less. They have asserted that if a major civilization existed in the area, some of its remains would be found on current land. That assertion has a fundamental flaw. Ancient maritime civilizations typically built their cities and ports on the ocean shores. As related in prior issues of Ancient Mysteries, archaeologists working in South America, the Pacific coast of North America, India, and elsewhere in the world have been discovering the remains of underwater ruins. These ancient maritime civilizations built their cities and ports on coastlines—all of which have been covered by the rising oceans. Given the recent changes in North and South American archaeology—taking the history of habitation in the Americas to 50,000-years ago—it seems likely that ruins would lie in the shallow waters around Bimini.

Andrew Collins—Gateway to Atlantis

In August 2002, British researcher Andrew Collins renewed interest in the search for Atlantis with a stirring lecture at the Annual Egypt & Ancient Civilizations Conference at Virginia Beach. Collins' book, Gateway to Atlantis, proposes that the major remaining portions of Atlantis are in and around Cuba—especially in the area where possible underwater ruins were discovered in 2000. Collins published this rather startling idea prior to the discovery of the possible ruins. Collins also discussed the possibility that Andros Island (between Bimini and Cuba) could hold ruins of Atlantis and he showed a variety of photos of underwater structures taken in the waters around Andros. Many of the photos were shot by J. Manson Valentine and several pilots in the 1960s, prior to the existence of GPS. Thus, several of the locations of the ruins have been lost.

As reported in the A.R.E. membership newsletter Ancient Mysteries, Collins found several of the original photos and Cuban articles in the Egerton Sykes' collection of the A.R.E. library during the conference week. Sykes was a world recognized authority on Atlantis who carefully evaluated all of the evidence on Atlantis as well as conducting his own expeditions until his death in 1983. All of his books, manuscripts, and research materials are housed in a secured area of the library. The articles, written in Spanish, were subsequently translated by A.R.E. Trustee, Humberto Martinez, M.D., who read them to the audience. The articles detailed 1950s efforts to locate remains of Atlantis by Cuban archaeologists—all of which were subsequently suspended due to political changes. Nevertheless, the information pointed to the areas around Cuba—including Andros and Bimini—as probable sites of ruins. Our research of satellite images has uncovered a site in Cuba which fits all of Plato's statements about the center city.

Cuban Underwater "Ruins" May Be Concrete

While we hope that the "ruins" reported off the extreme western tip of Cuba are remnants of Atlantis, our research indicates that the formations lying on the 2100-foot bottom peut be something else. This area lies near the locations of the Soviet-era guided missile bunkers and concrete platforms that were the critical issue in the 1962 Cuban missile crisis. We believe that the materials on the bottom peut be the remains of these bunkers and the storage silos which were quickly dismantled by the Soviets and dumped. Virtually no new information (2004) has been released about the Cuban site, but we remain hopeful that ruins may be identified at the location.

Genetic & Archaeological Confirmations

An additional piece of thoroughly scientific evidence pointing to the probably existence of Atlantis has recently been published in two books: Mound Builders (2001) and Ancient South America (2002). Both books have been authored by Dr. Greg Little, John Van Auken, and Dr. Lora Little. Dans Mound Builders, the authors suggest that the technology many people associate with Atlantis may not be as advanced as thought. In addition, Van Auken and Lora Little's book, The Lost Hall of Records (2000), details finds associated with the migration of Atlanteans to Central America. Updated information on recent archaeological discoveries and genetic evidence have been presented at the annual Ancient Mysteries conference.

It has long been recognized that migration legends from natives in North, Central, and South America support the migration of advanced groups to various locations in the Americas corresponding to Cayce's accounts of Atlantis. In recent years, archaeological work has shown that Cayce's accounts of the Atlantean migrations to the Americas is consistent with the archaeological evidence. Now, however, research on a form of DNA recovered from ancient remains almost perfectly matches Cayce's account. This was an unexpected scientific surprise that appears to support the contention that Atlantis was in the Caribbean area. In particular, what is called "Haplogroup X" by geneticists, has been found in ancient remains in every location in the world where the Cayce readings state Atlanteans fled at three different times (10,000 B.C., 28,000 B.C., and 50,000 B.C.). Amazingly, Haplogroup X—one of 42 major ancient mtDNA groups identified—has not been found in other locations of the world. In addition, another DNA type, called Haplogroup B, appears to be from what Cayce and others have termed the ancient continent of Mu—or Lemuria. We were the first to make this assertion, which has since been embraced by many others. For additional information, see Ancient America and Genetic DNA Research.

A.R.E.'s Satellite Imagery Research of Bimini

In 2001 and 2002, the Edgar Cayce Foundation funded a 640-square km satellite imaging project in the area around Bimini. This research project was completed by Jonathan Eagle. This process allows for the identification of probable underwater structures. The project revealed two types of seemingly "anomalous" formations. Both of these have now been extensively investigated. The results are below:

    "Two" straight lines were seen off NE Bimini and the report to the A.R.E. by J. Eagle suggested that the lines could be walls with sand dunes over them. In mid-2003, Greg and Lora Little visited the site of the lines and discovered that they were simply seaweed growing on the tops of sand channels. Locals were well aware of the sand channels. J. Eagle and Bill Donato visited the lines in July of 2003 and also made the same finding. However, J. Eagle reported that he "felt" a "reverse thermocline" in the area—with cooler water on the surface. Eagle and Donato have suggested that the thermocline and sand channels may be due to some sort of volcanic activity which they say may be somehow connected to a vein of gold Cayce stated was on Bimini. The National Geographic has sponsored an extensive study of the water flows around Bimini and found numerous areas where different temperatures mixed. The thermoclines around Bimini are due to warm water flows swirling with colder water flows. In October 2003, we viewed the large image of the 630 sq km satellite image of Bimini (now posted in the A.R.E. library) and noted at least another dozen "straight lines" to the NE of the two which were investigated. We believe all of these are completely natural and not worthy of further attention, but a few other investigators have plans to visit the underwater lines at NE Bimini to investigate their possible relationship to the gold vein.

Five 2003 expeditions were conducted to Andros. The first expedition examined the underwater circles found off western Andros. The second examined Rebikoff's "e," a strange e-shaped formation in shallow water in extreme northwestern Andros. During this expedition, an underwater "anomaly" was found in North Andros. The third expedition examined this structure as well as visiting the circles at South Bimini. As stated above, the newest expeditions have been to Andros. The most recent information on Andros and Bimini, where the idea that both the Bimini Road and Andros Platform were ancient breakwaters enclosing harbors. One other intriguing possibility about the Bimini Road and Andros Platform exists, and it was suggested to us by archaeologists. Both formations could have been large foundations for buildings. Near the Andros Platform, in water about 12-feet deep, is a large flat area. Lying on the bottom in that area are flat paving stones carefully fitted together. The paving stones are all square and rectangular with the typical size about 2 by 3 feet.

2004 Andros Expeditions

The 2003 expeditions found two important underwater structures at Andros and also found evidence of an ancient temple on the island. In 2004 the first expedition to Andros was made in June. It confirmed the presence of ancient building structures in central Andros and looked at more areas of the underwater platform. Additional expeditions are planned to several areas at and near Andros as well as to an underwater harbor off the Yucatan. These all took place. In brief, an ancient Maya harbor, with a still-existing 1000-foot long breakwater was investigated at Isla Cerritos off Yucatan. The harbor and breakwater were made from slabs of cut beach rock.

Piedras Negras—2004

Piedras Negras, Guatemala is the site of Edgar Cayce's third Hall of Records. (The other two being at Giza— under the Sphinx—and in the Bahamas. In April 2004, we made an A.R.E.-sponsored expedition to Piedras Negras carefully examining most of the ruins. An 83-minute video documentary was made of this expedition.

Andros-Bimini December 2004

In December 2004, we went again to Bimini and Andros, this time with a crew from The History Channel. At Bimini we obtained what may be the best footage ever taken of the Road. We also investigated and filmed what is known as "Proctor's Road," just north of the Bimini Road. Proctor's Road is a straight line of stones extending from the shore toward the Bimini Road site. At the Andros Platform we discovered that the hurricanes had passed directly over the site. Much of the 1000-foot-long, three-tiered platform was under sand. But the hurricanes moved huge amounts of sand from the inner harbor revealing a depth of at least 65 feet. Before the hurricane the harbor was only 25- 35-feet deep. The storms also revealed a deep channel leading into the harbor next to the end of the platform. The channel is cut through the reefs and the bedrock. Research revealed that the harbor has never been dredged and the channel was not cut in modern times.

2005 Bimini Andros Expedition

In May 2005 a joint expedition was taken between the ARE Search for Atlantis team and archaeologist Bill Donato of The Atlantis Organization. A series of amazing discoveries were made during and after the expedition. Results of lab testing of materials gathered on that expedition will be released at the 2005 Ancient Mysteries Conference in Virginia Beach. We also still plan on going to Cay Sal and Anguilla. Another possible trip is being planned to coastal Belize.

2007 Bimini Update

In May and June of 2007, three separate expeditions were carried out in the Bahamas as part of the A.R.E.'s Search For Atlantis Project. The initial report from these expeditions, issued in July, detailed the discovery of several crashed planes, at least one of which was reported missing in the Bermuda Triangle. The second report, issued in August, summarized several unexpected discoveries at Bimini, which included what appear to be rectangular building foundations in 100-feet of water and the remains of a temple consisting of white marble materials. This report summarizes the finds made on and around Andros.

Andros is the largest and most unexplored island in all of the Bahamas. North Andros lies about 150 miles East of Miami. The island is about 105-miles long and 35 miles wide at it widest point. As reported earlier, several land explorations were made on Andros along with numerous water explorations. Week long trips were made to Andros by Drs. Greg & Lora Little in both May and June 2007, both of which began with aerial surveys on portions of the Great Bahama Bank (GBB). The GBB is a massive expanse of a largely flat and shallow bottom extending for nearly 300 miles beginning north of Bimini to some distance south of Andros—just north of Cuba. In general, the water depth of this area averages about 25 feet. During the last Ice Age, the entire GBB was well above sea level. The aerial surveys identified over 30 unusual, dark formations in shallow water on the GBB and the gps locations were taken on each from the air. All but one of these formations was then visited on water with North Andros serving as our base of operations. In addition, side-scan sonar was employed to explore wide areas around Andros and in other areas a remote underwater video camera was used to examine the bottom.

Findings at Underwater Dark Features on the Great Bahama Bank

Thirty dark features (underwater formations) were visited on the Great Bahama Bank, some of which were nearly 50 miles offshore onto the GBB. Ship and plane remains found at some of these sites were detailed earlier. In general, about 75% of all the dark formations are associated with a variety of dumped materials as well as more curious artifacts. For example, one perfectly round white spot in the middle of a dark formation showed what appeared to be a portion of a huge metal anchor sticking up from the bottom. This piece could not be moved by hand. Is the actual ship also buried there? We don't know, but the formation around the anchor is over 500-feet long.

At other dark features we discovered dumped bombs, propane gas cylinders, appliances, and other debris. Bahamas fishermen often enhance a good fishing site by dumping materials to the bottom, thus increasing fish cover. But these formations were of marginal interest to us because our prime interest is in archaeological remains. It has been suggested that these "good fishing spots" may have formed initially because of "something buried under the sand" that allowed the grass to form, however, without extensive excavations, this cannot be determined.

Discovery of the Underwater “Joulter’s Wall”

The most important archaeological find of the 2007 Andros expeditions was a stonewall found in shallow water off an island north of Andros. Numerous interviews with local residents of Andros were made during our trips. One resident told us about a huge, underwater wall that was located in shallow water on the small chain of islands known as Joulters Cays, about 7-miles North of Andros. Joulters is completely uninhabited, and data obtained during the past 20 years has shown that numerous hurricane driven tsunamis, 30-feet and higher walls of water, have swept across the islands. In the 1950s, an attempt was made to form a small community on the southern Joulters island, but it was soon abandoned when a hurricane destroyed the few small, wood-framed homes that had been built. All of Joulters is extremely shallow and boats with a draft of more than two feet simply cannot reach it. However, the approach to the area where the wall is located is even shallower.

From directions given by the local, we found the underwater wall with Eslie and Krista Brown. During the two trips to Andros, we spent four full days at this site, not only filming and photographing the entire "wall," but also exploring the islands from one end to the other. We had to enter the area during high tide as we sped over a mile of water only one-foot deep. We found the wall exactly as described by the Andros resident. She related that she had seen it twice. The first time, in the early 1990’s, a large portion of the wall was intact and partially above water. She saw it the second time after a severe 1990’s hurricane and said that the eye of the hurricane hit that area and destroyed most of the wall and shoreline.

The wall itself is actually located in a small, narrow bay between what appears to be two islands. The bay is 3-7-feet deep, depending on the tide, and has sharks coming in at high tide. From the bay, the wall extends diagonally away from the two islands into water that is one-to-four feet deep ending where sandbars are located and the bottom is barely covered by water. About two miles further, through this shallow water, is the deep Tongue of the Ocean.

The wall is primarily made from square and rectangular limestone blocks that range in length from 3-6-feet, a width of 2-3-feet, and a thickness of 6-inches to 3-feet—with some blocks far larger. The blocks are obviously cut and roughly dressed and rough tool marks are clearly visible on many. There are some smaller, cube-like stones, about a foot square, occasionally found in portions of the intact wall and in places on the bottom. One area of the wall remains fairly intact and is found in water about 6-feet deep. Brushing the sandy bottom underneath the lowest tier of stones revealed more limestone blocks under the visible portion. How far down it extends is unknown. This section of the wall runs approximately 30-feet long and is formed by the massive blocks stacked on top of each other with 2-3 vertical layers of blocks visible. We found about 50 large stone blocks widely scattered in water around this intact portion as if they had been tossed around by huge waves.


The Lost City of Atlantis Primary Resource

This primary resource investigates the mysteries of the Ancient Greek empire of Atlantis. Find out all about the legendary island swallowed by the sea. When did the story of Atlantis first appear? Could this paradise island have really existed? If so, where would it have been?

In this National Geographic Kids’ history primary resource sheet, pupils will learn about Plato’s writings of the lost city of Atlantis. Pupils will also gain an insight into the scientific and archeological research underway to try and uncover the truth behind this famous legend.

The teaching resource can be used in study group tasks for learning about Ancient Greek history and culture, as well as modern day research into historical civilisations. It can be used as a printed handout for each pupil to review and annotate, or for display on the interactive whiteboard using the images included in the resource for class discussion.

Activity: Ask children to use the information in our primary resource sheet to draw a picture or an aerial diagram of what they think Atlantis may have looked like. Pupils could include drawings of the temples, palaces, waterways, trees and animals that Plato talks of. Pupils could also imagine what life may have been like on this paradise island and write an account entitled ‘A Day in Atlantis‘.

N.B. The following information for mapping the resource documents to the school curriculum is specifically tailored to the English National Curriculum and Scottish Curriculum for Excellence. We are currently working to bring specifically tailored curriculum resource links for our other territories including Afrique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande. If you have any queries about our upcoming curriculum resource links, please email: [email protected]

This History primary resource assists with teaching the following History objectives du National Curriculum:

Know and understand significant aspects of the history of the wider world: the nature of ancient civilisations the expansion and dissolution of empires characteristic features of past non-European societies achievements and follies of mankind.

National Curriculum Key Stage 2 History objective:

Pupils should be taught about: Ancient Greece – a study of Greek life and achievements and their influence on the western world.

This History primary resource assists with teaching the following Social Studies Second level objective du Scottish Curriculum for Excellence:

I can discuss why people and events from a particular time in the past were important, placing them within a historical sequence.

I can compare and contrast a society in the past with my own and contribute to a discussion of the similarities and differences.


How did it look?

There is a vivid description of this City written by Plato (a Greek Philosopher) in which Atlantis was described as an island consisting mostly of mountains in the northern portions. A great plain, in an oblong shape in the South that encompassed the island was spread 555 km long and 370 km wide. The city of Atlantis sat just outside the outer ring of water and spread across the plain, covering a circle of 17 km. This was a densely populated area where the majority of the population lived.

An Artist&rsquos Rendition of Atlantis


How Old Is ‘This’ Atlantis then?

Tim Akers said: “The site is spread over 100 miles from the Atlantic to the Mediterranean, as to age as yet we have been unable to give a fixed date for the beginning, but its end was at the last Ice Age around 10,000 years ago.” He believes “At the centre of the line of coastal cities was one gigantic inland sea 65 miles long, filled with multiple islands, some natural, others man-made. The main complex consists of two distinct individual multi-Island platforms.”

What is more, “one is offset from the other so that anyone on those islands can see every island in the complex. It is unique, nowhere in our world is there anything resembling this, and the structures match exactly Plato's dimensions with no deviation. It is absolutely spot on.” Merlin Burrows have recorded a documentary film about their mission to reveal Atlantis called ‘Atlantica' in which their experts visit sites ‘they believe’ still show clues to the past people that once lived there, right up to the naming of the ancient town in the region Medina-Sidonia.” Believed to be the oldest city in Europe, the archaeologists said: “The site has both Tartessian, Greek, Phoenician, and Roman additions and our scans show multiple occupations over time till the final and ultimate destruction.”

While Tim Akers is confident that his company “only present the facts and try not to delve into speculation…” he had better really, really believe that, at the deepest most level of his being, for he is not just claiming to have found a lost city. No. This is much, much more. If a 100-mile ancient city, dating to 10,000-years-ago, is actually discovered, then our entire historical understanding of human’s path through time is incorrect. Entirely wrong.

If all this is indeed as the scientists claim, Atlantis, then author Graham Hancock has been right all along, an advanced civilization of human beings came to a cataclysmic end around 11,000 BC and every child who has walked into a history class has been sold a lie.

But let's hope this is not the case, and that this discovery of Atlantis is like the one made 8 weeks ago, and the two discovered in 2016, the one unearthed in 2009 and the 2 between 2003 - 2004. And similarly, to all of those previous “Atlantean” discoveries, this one is ‘not' being circulated on Science ou La nature, or by ‘any’ other reputable academic communities.

Top image: A representation of what the lost city of Atlantis may look like ( diversepixel / Adobe Stock)


Voir la vidéo: Atlantide - iL Nuovo Buscetta? La7Documentari (Janvier 2022).