Informations

Population du Lesotha - Histoire


LESOTHO

Plus de 99% des habitants du Lesotho appartiennent au groupe ethnique Basotha. La majorité des gens sont chrétiens. Le sesotha et l'anglais sont les langues parlées.
GRAPHIQUE DE LA POPULATION
Population:
2,125,262
note : les estimations pour ce pays prennent explicitement en compte les effets de la surmortalité due au SIDA ; cela peut entraîner une espérance de vie plus faible, des taux de mortalité infantile et de mortalité plus élevés, des taux de population et de croissance plus faibles et des changements dans la répartition de la population par âge et par sexe que ce à quoi on s'attendrait autrement (juillet 2007 est.)
Pyramide des ages:
0-14 ans : 35,7% (hommes 382 308/femmes 377 303)
15-64 ans : 59,3 % (hommes 613 979/femmes 645 818)
65 ans et plus : 5 % (hommes 42 621/femmes 63 233) (estimation 2007)
Âge moyen:
total : 21,1 ans
homme : 20,4 ans
femme : 21,7 ans (estimation 2007)
Taux de croissance de la population:
0,144% (estimation 2007)
Taux de natalité:
24,72 naissances/1 000 habitants (estimation 2007)
Taux de mortalité:
22,49 décès/1 000 habitants (estimation 2007)
Taux de migration nette :
-0,78 migrant(s)/1 000 habitants (est. 2007)
Rapport de masculinité :
à la naissance : 1,03 homme(s)/femme
moins de 15 ans : 1.013 homme(s)/femme
15-64 ans : 0,951 homme(s)/femme
65 ans et plus : 0,674 homme(s)/femme
population totale : 0.956 mâle(s)/femelle (2007 est.)
Taux de mortalité infantile:
total : 79,85 décès/1 000 naissances vivantes
hommes : 84,4 décès/1 000 naissances vivantes
femmes : 75,17 décès/1 000 naissances vivantes (estimation 2007)
L'espérance de vie à la naissance:
population totale : 39,97 ans
homme : 40,73 ans
femmes : 39,18 ans (2007 est.)
Taux de fécondité total:
3,21 enfants nés/femme (est. 2007)
VIH/SIDA - taux de prévalence chez les adultes :
28,9 % (estimation 2003)
VIH/SIDA - personnes vivant avec le VIH/SIDA :
320 000 (est. 2003)
VIH/SIDA - décès :
29 000 (est. 2003)
Nationalité:
nom : Mosotho (singulier), Basotho (pluriel)
adjectif : Basotho
Groupes ethniques:
Sotho 99,7%, Européens, Asiatiques et autres 0,3%,
Religions :
Chrétien 80%, croyances indigènes 20%
Langues :
Sesotho (sotho du sud), anglais (officiel), zoulou, xhosa
L'alphabétisation:
définition : 15 ans et plus savent lire et écrire
population totale : 84,8%
hommes : 74,5 %
femmes : 94,5% (est. 2003)


Cartes du Lesotho

Le Lesotho est une enclave car il est entouré par l'Afrique du Sud en Afrique australe. Le pays a une superficie de 30 000 km².

Le Lesotho est également unique à d'autres égards. C'est le seul État indépendant au monde qui se situe entièrement au-dessus de 1 400 m d'altitude. En fait, 80% du pays se situe au-dessus de 1800 m. Son point le plus bas (marqué sur la carte par un triangle jaune inversé) de 1 400 m est ainsi le plus haut (point le plus bas) du monde.

Thabana Ntlenyana est le point culminant du Lesotho à 3 482 m (indiqué sur la carte par un triangle jaune vertical)

En ce qui concerne les régions géographiques du Lesotho, les seules vraies basses terres se trouvent au sud-ouest le long de la rivière Caledon. L'équilibre du Lesotho est une série de contreforts et de plateaux faisant face aux montagnes, au centre, à l'est et au nord. Les rivières importantes incluent le Calendon, le Makhaleng, le Malibamatso, le Matsoku et l'Orange (ou Senqu). Le fleuve Orange, d'une longueur d'environ 2 100 km, est l'un des plus longs fleuves d'Afrique. Il prend sa source dans les hautes terres du Lesotho sous le nom de rivière Sinqu. En Afrique du Sud, il coule vers l'ouest, passant la bordure sud du désert du Kalahari et serpente à travers le désert du Namib avant de se jeter dans l'océan Atlantique.


Histoire du Lesotho

Au tournant du XVIe siècle, le Lesotho était habité par le peuple Sotho qui vivait en paix avec les premiers habitants du peuple Khoisan. Basotho a commencé à prendre la forme d'une nation lorsque Moshoeshoe I en 1820, a rassemblé des partisans de plusieurs tribus de la région qui s'étaient retirées dans la partie nord-ouest du Lesotho moderne pour éviter les raids constants des tribus Matabele et Zulu. Bien qu'il ait un pouvoir militaire limité, il a utilisé des moyens diplomatiques pour établir son royaume, qui a duré plusieurs années. En 1924, Mashoeshoe devint le chef des Basotho locaux parmi d'autres groupes tribaux qui comptaient à l'époque environ 40 000 personnes. Il a réussi à établir de bonnes relations avec les missionnaires, en particulier les catholiques français qui ont établi des écoles et des missions. Mashoeshoe a également demandé conseil aux missionnaires sur la manière de négocier avec les Européens. Lors du Grand Trek des Boers en 1834, Moshoeshoe a demandé la protection de la couronne britannique, ce qui valait mieux que l'annexion par les Boers. En 1868, Busotoland a reçu la protection britannique et les frontières terrestres sont restées inchangées à ce jour car elles ont été établies en 1869.


Lesotho - Religion

Le gouvernement américain estime la population totale à 2,0 millions (estimation de juillet 2016). Selon le Conseil chrétien du Lesotho, environ 90 pour cent de la population est chrétienne, y compris les catholiques romains, les anglicans, les chrétiens évangéliques, les méthodistes, les membres de l'Église épiscopale méthodiste africaine et les pentecôtistes. Les 10 pour cent restants sont musulmans, hindous, bahaïs, appartiennent à des groupes religieux indigènes ou autres, ou sont athées.

La plupart des Basotho sont catholiques romains, mais l'Église évangélique du Lesotho et l'Église anglicane sont importantes. Les missionnaires français sont arrivés pour la première fois au Lesotho dans les années 1820. Dans les livres, il y a la liberté de religion au Lesotho, mais le Lesotho est à 70 % catholique romain et la population en général n'est pas bien éduquée sur les autres religions. Il y a un pourcentage plus élevé de protestants dans le nord du Lesotho, le centre et le sud du Lesotho ont un pourcentage plus élevé de catholiques.

Les débuts de l'histoire du christianisme au Lesotho ne peuvent être compris en dehors de l'histoire du Lesotho, ou en dehors de Moshoeshoe I, le fondateur et chef de la nation basotho. Moshoeshoe était ambitieux et ne cachait pas le fait qu'il aspirait à devenir un grand roi puissant. Il réussit à rassembler autour de lui de nombreuses personnes, pour la plupart des réfugiés, par sa propre initiative et sa prudence. Il était plein d'espoir pour l'avenir et attendait avec impatience une période de paix et de prospérité au cours de laquelle il n'y aurait plus de guerres tribales et sa chefferie augmenterait régulièrement. Ces espoirs devaient être déçus.

En février 1833, deux jeunes missionnaires français, le révérend Eugène Casalis et le révérend Thomas Arbousset sont appelés au Lesotho. Moshoeshoe était ravi de voir les missionnaires. Arbousset a d'abord organisé une formation approfondie d'un petit groupe de chrétiens de différents villages, qui devaient, à leur tour, transmettre la foi chrétienne à leurs concitoyens. Les missionnaires peotestants français se sont toujours impliqués d'une manière ou d'une autre dans les luttes politiques du Lesotho, principalement en raison de l'étroite amitié entre leurs premiers missionnaires et les chefs basothos.

Mais en 1854, le retournement des Basotho contre le gouvernement du Cap a entraîné un rejet généralisé de l'Église. Beaucoup d'entre eux avaient imaginé avec tendresse que les Britanniques étaient tous des chrétiens pratiquants, et avaient considéré Warden et Smith comme des bienfaiteurs potentiels. Maintenant, le mythe avait été détruit et ils étaient déçus et dégoûtés des Britanniques et de leur religion. Il y eut un renouveau des coutumes sotho, dirigé par certains des mêmes chefs qui s'étaient auparavant distingués par leur piété et leur ferveur chrétiennes, tels que Mopeli, Molapo, Masopha, Makhobalo et Sekhonyana.

Les missions protestantes du Basutoland sont entretenues par la Société missionnaire évangélique de Paris, entrée dans le pays sous Rolland et Semué en 1833, et par la Société pour la propagation de l'Évangile, qui a commencé ses travaux en 1875. La population en 1904 était estimée à 348 500, dont 900 blancs. Aucun colon blanc n'a été admis sur ce territoire. Environ 300 000 personnes étaient des païens, environ 40 000 étaient des chrétiens protestants et environ 5 000 étaient des catholiques romains.

L'œuvre de conversion est menée par des prêtres missionnaires, et bien qu'il faille davantage d'ouvriers et malgré la difficulté d'obtenir des fonds, le bilan des conversions est très encourageant. Particulièrement importante fut la conversion de Griffith, grand chef des Bassoutos, en 1912, et de trois chefs mineurs Soko (1916), Maama (1921) et Peete (1921). L'ensemble de la population de ce territoire en 1922 comprenait 543 078 indigènes (Basutos), 1 241 personnes de couleur, et 1 603 blancs parmi ces 31 698 étaient baptisés et 11 229 catéchumènes.

De nombreux chrétiens pratiquent des rituels indigènes traditionnels en conjonction avec le christianisme. En ce qui concerne la pratique religieuse, cependant, les frontières entre les différentes religions sont souvent quelque peu floues. Ainsi, les chrétiens peuvent également suivre les rites et coutumes traditionnels africains. Le gouvernement n'a établi aucune exigence pour la reconnaissance des groupes religieux. La plupart des groupes religieux s'enregistrent, mais il n'y a pas de pénalité pour ceux qui ne le font pas.

Le terme "ditlo" était le nom traditionnel de la chair obtenue à partir du corps d'un ennemi tué au combat. Le nouveau terme diretlo était utilisé pour désigner les « meurtres médicaux ». En juillet 1949, le gouvernement britannique nomma un anthropologue de Cambridge. G.I.Jones, pour enquêter sur les meurtres de diretlo dans le protectorat de Basutofand. D'après le rapport qu'il a compilé (Jone, G. I (1951) Basutoland Medicine Murder: A Report on the Recent Outbreak of Diretlo Murders in Basutoland. HMSO. Londres), l'occurrence des meurtres est enregistrée à partir de 1895, où il y avait 6 cas signalés cette année-là, augmentant et diminuant au fil des ans, jusqu'à ce qu'ils atteignent un pic de 20 en 1948.

Selon la définition de Jones : « Idem est le nom traditionnel de la chair et d'autres parties du corps obtenues à partir du corps d'un ennemi tué dans le cours normal de la guerre. diretlo n'est pas obtenu à partir de corps d'étrangers ou d'ennemis, mais à partir d'un personne dont on pense qu'elle possède des attributs spécifiques considérés comme essentiels pour le médicament particulier qui est fabriqué. Nous sommes en outre informés qu'une personne marquée pour diretlo est "généralement un membre de la même communauté et est fréquemment un parent de certains des tueurs. Il est tué spécifiquement pour ce diretlo qui doit être coupé de son corps de son vivant" .

Au 21e siècle au Botswana, à l'exception d'une poignée de cas très médiatisés, de nombreux meurtres de ce type ne sont jamais signalés ou, s'ils sont signalés, ils ne sont jamais pris au sérieux par la police. Certes, de par leur nature, le meurtre de personnes dans le seul but de récolter certaines parties du corps pour la vente est entouré d'un secret excessif, ce qui explique peut-être, en partie, pourquoi les coupables sont difficiles à attraper. La recherche a montré que l'incidence des meurtres rituels ou médicamenteux augmente en période de stress politique et économique.

Certains Américains « New Age » ont dit que le Lesotho est un lieu de haute énergie spirituelle. Bien que ce ne soit pas strictement une catégorisation religieuse, il n'est pas difficile de sentir qu'il y a des forces à l'œuvre dans le pays sur lequel les livres du Hobbit ont été modelés. Il y a un petit nombre de Juifs, dont la plupart ne sont pas citoyens. Les musulmans vivent principalement dans le nord du pays. Il n'y a pas de corrélation significative entre l'appartenance religieuse et l'ethnicité.

La constitution interdit la discrimination religieuse et garantit la liberté de conscience, de pensée et de religion, y compris la liberté de changer de religion ou de conviction et de manifester et propager sa religion. Ces droits peuvent être limités par des lois dans l'intérêt de la défense, de la sécurité publique, de l'ordre, de la moralité ou de la protection des droits d'autrui, à condition que les limitations soient le minimum nécessaire.

Le gouvernement n'a pas établi d'exigences pour la reconnaissance des groupes religieux. Selon la loi, tout groupe, religieux ou autre, peut s'enregistrer en tant qu'entité légale auprès du gouvernement, quel que soit son objectif, à condition qu'il ait une constitution et un comité de direction. La plupart des groupes religieux s'enregistrent, mais il n'y a pas de pénalité pour ceux qui ne le font pas. Les avantages de l'inscription sont administratifs. Il donne un statut juridique au groupe et formalise sa structure dans la loi. En l'absence d'enregistrement, les organisations religieuses peuvent opérer librement et s'occuper de leurs affaires comme elles l'entendent, mais sans aucun des statuts ou protections juridiques des organisations enregistrées.

Le ministère de l'Éducation paie et certifie tous les enseignants des écoles financées par le gouvernement, y compris les écoles religieuses, et exige un programme standard pour les écoles laïques et religieuses. Le gouvernement n'impose pas l'enseignement religieux dans les écoles, et la constitution exempte les étudiants de tout établissement d'enseignement de l'obligation de recevoir un enseignement ou d'assister à toute cérémonie ou célébration associée à une religion qui n'est pas la leur. Tous les programmes, y compris les cours d'éducation religieuse, doivent être approuvés par le ministère de l'Éducation.

Les églises possédaient et exploitaient environ 80 pour cent de toutes les écoles primaires et secondaires. L'Église catholique romaine, l'Église évangélique du Lesotho, l'Église anglicane et, dans une moindre mesure, l'Église méthodiste étaient les principaux exploitants des écoles religieuses, qui étaient financées par l'État. Dans la pratique, dans toute école offrant un enseignement religieux, y compris toutes les écoles religieuses et certaines écoles laïques, la matière était obligatoire. Les enfants ont continué à être autorisés à fréquenter des écoles dirigées par un groupe religieux autre que le leur, et certaines familles ont choisi cette option. D'autres sont allés dans des écoles publiques ou des écoles privées laïques.


8 choses que vous ne saviez probablement pas sur le Lesotho

Samedi, le Premier ministre du Lesotho, Thomas Thabane, a fui le pays au milieu des allégations d'un coup d'État dans le petit royaume d'Afrique australe. L'étrange coup d'État a laissé tout le monde deviner s'il s'était réellement produit – l'armée a nié l'avoir organisé, mais Thabane l'a néanmoins chassé du pays. Un événement curieux dans un pays tout aussi curieux.

Même si le Lesotho a l'un des taux de VIH les plus élevés au monde, une espérance de vie de 48 ans et un taux de pauvreté si élevé que certains l'appellent un "pays du quart monde", le petit pays a quelques étincelles de brillance et d'excentricité. qualités qui le distinguent sur le continent :

1. Un pays « jumeau »
Pour commencer, le royaume fait partie d'une expérience internationale « Dolen Cymru », également connue sous le nom de « Wales Lesotho Link ». En mars 1985, le Pays de Galles et le Lesotho ont établi le premier jumelage de nation à nation au monde. La mission du jumelage était de promouvoir l'amitié et la compréhension entre les peuples du Lesotho et du Pays de Galles. Cette relation inhabituelle est née de la famine éthiopienne de 1984 qui a laissé les habitants du Pays de Galles se sentir comme s'ils voulaient répondre aux besoins en Afrique d'une manière différente, au lieu de simplement aider. Le Lesotho a été choisi en raison de ses similitudes avec le Pays de Galles en termes de taille, de paysage, de bilinguisme et d'héritage culturel. Depuis lors, il y a eu un nombre considérable de projets formels de « liaison » entre les deux pays, apportant des avantages aux deux. Par exemple, plus de 130 écoles sont désormais reliées à travers le Pays de Galles et le Lesotho, permettant des visites réciproques entre enseignants et élèves et facilitant les échanges sur les pratiques pédagogiques. De nombreux stages pour les étudiants en médecine du Pays de Galles dans les hôpitaux du Lesotho ont été facilités, avec une formation réciproque pour le personnel de santé du Lesotho au Pays de Galles - une opportunité précieuse pour le pays étant donné qu'il n'y a qu'un médecin pour 17 000 personnes dans le pays. De nombreuses organisations galloises ont également participé à la collecte de fonds pour différents projets au Lesotho.

2. ‘Le royaume dans le ciel’
Le Lesotho a également une topographie montagneuse similaire à celle du Pays de Galles. En fait, la géographie du pays est particulièrement unique, ce qui lui a valu le titre de "Royaume dans le ciel" d'Afrique - c'est le seul pays au monde à être entièrement au-dessus de 1 000 m d'altitude et il a le point le plus bas de tout le monde. monde à 1 400 m. Le Lesotho bénéficie également de 300 jours de soleil.

3. AfriSki
L'altitude élevée entraîne des conditions météorologiques extrêmes et le Lesotho a réussi à en tirer profit - il possède l'une des deux seules stations de ski du continent africain - "AfriSki". Situé en hauteur dans les montagnes Maluti du Lesotho, AfriSki s'est imposé comme une destination de sports d'hiver de premier plan, attirant chaque année des milliers de skieurs et de snowboarders.

4. Homogène
Contrairement à la majorité des nations africaines, le Lesotho est extrêmement homogène. Près de 98% de la population du pays est composée de l'ethnie "Basotho". Le reste de la population est composé d'Européens, d'Asiatiques et de Zoulous.

5. Tout sur les envois de fonds
Pendant plusieurs décennies, le Lesotho a agi comme une réserve de main-d'œuvre – un pays de travailleurs migrants masculins au service de l'industrie minière sud-africaine. Aujourd'hui, le profil des migrants a considérablement changé, mais les jeunes hommes et femmes migrent toujours vers l'Afrique du Sud pour travailler à un rythme élevé – sur une population d'environ deux millions, on estime que 240 000 se trouvent à l'extérieur du pays. En conséquence, il est classé parmi les quatre premiers pays du monde à recevoir des envois de fonds supérieurs aux investissements directs étrangers et à l'aide publique au développement – ​​en 2012, il représentait 25 % du produit intérieur brut.

6. Lesothosaure
C'est peut-être l'un des plus petits pays d'Afrique, mais un dinosaure porte son nom : le Lesothosaurus. Ce dinosaure a évolué il y a plus de 200 millions d'années dans ce qui est aujourd'hui l'Afrique australe. Il mesurait 1m de long, bipède et herbivore. Depuis que les premiers fossiles du dinosaure ont été découverts au Lesotho, le paléontologue Peter Galton lui a donné son nom, qui signifie « lézard du Lesotho » en 1978.

7. ‘Fabriqué au Lesotho’
L'industrie textile du Lesotho est l'une des plus importantes d'Afrique subsaharienne et le plus grand exportateur de vêtements d'Afrique subsaharienne vers les États-Unis. Environ 80% des exportations de textiles et de vêtements du Lesotho vont aux États-Unis et les exportations vers les États-Unis pour 2008 se sont élevées à 340 millions de dollars. L'une des usines textiles du Lesotho fournit même des jeans pour Levi Strauss et Gap.

8. Énergie renouvelable
Le Lesotho dispose de pratiquement 100 % d'électricité renouvelable, grâce au Lesotho Highlands Water Project. Le réseau de barrages exporte de l'eau vers l'Afrique du Sud et fournit la quasi-totalité des besoins en électricité du Lesotho grâce à l'énergie hydroélectrique.

Abonnez-vous au M&G

Merci d'avoir apprécié le Mail & Guardian, nous sommes fiers de nos 36 ans d'histoire, au cours desquels nous avons livré aux lecteurs les histoires les plus importantes et les plus impartiales d'Afrique du Sud. Un bon journalisme coûte, cependant, et dès notre toute première édition, nous nous sommes appuyés sur les abonnements des lecteurs pour protéger notre indépendance.

Les abonnés numériques ont accès à tout notre journalisme primé, y compris des fonctionnalités premium, ainsi qu'à des événements exclusifs, des newsletters, des webinaires et les mots croisés cryptiques. Cliquez ici pour savoir comment les rejoindre.


Stratification sociale

Symboles de la stratification sociale. Le bétail représente la richesse au Lesotho et les Basotho accordent plus d'importance aux vaches qu'à l'argent. Le riche villageois vit généralement dans une maison en blocs de béton avec un toit en métal au lieu d'un rondoval, et dispose généralement de deux salles de bains extérieures par opposition à la seule dépendance que les autres familles possèdent et partagent souvent. Les très riches envoient leurs enfants dans des écoles privées et souvent dans la seule université du Lesotho à Roma, ou en Angleterre ou au Canada pour poursuivre leurs études. Dans les villages, une automobile est un symbole inhabituel et significatif de statut social supérieur.

Gouvernement. Le gouvernement du Lesotho est une monarchie constitutionnelle dont la capitale est Maseru. Le pays est divisé en dix districts administratifs. Le système juridique est basé sur la common law anglaise et le droit romano-néerlandais. La branche exécutive a un roi comme chef de l'État et depuis 1996, le roi Letsie III occupe ce poste. Le pouvoir législatif est composé d'un parlement bicaméral avec un sénat nommé par le parti au pouvoir et une assemblée choisie par le vote populaire. Le pouvoir judiciaire est la Haute Cour, avec un juge en chef nommé par le monarque. La monarchie est héréditaire et est un symbole vivant de l'unité nationale sans pouvoir législatif exécutif. En janvier 1993, le Lesotho est devenu une démocratie. La constitution a été adoptée le 2 avril 1993.

Dirigeants et responsables politiques. Il existe trois grands partis politiques : le Basotho National Party (BNP), le Basotho Congress Party (BCP) et le Marematlou Freedom Party (MFP). Le BNP était la principale force derrière la campagne pour l'indépendance du Lesotho et est devenu le parti au pouvoir du gouvernement après l'indépendance en 1966. Le BNP a maintenu le contrôle du gouvernement en suspendant les élections et la constitution en 1970 et est resté

Problèmes sociaux et contrôles. L'autorité traditionnelle est la base du gouvernement du village. Le système de chefferie suit la progression du chef suprême (le roi), des chefs supérieurs, des sous-chefs, des chefs et des sous-chefs. Leur rôle principal est l'autorité de distribuer la terre de la nation au peuple. De nombreuses affiliations politiques sont transmises à travers la chaîne, des villages entiers votant d'accord lors d'une élection. Les délits de village de nature mineure sont jugés par le tribunal du village, souvent une zone herbeuse sous un arbre. Les groupes locaux infligent les punitions qui sont prononcées. Les délits graves de vol ou de meurtre sont renvoyés du village vers les tribunaux régionaux et nationaux et les établissements pénitentiaires.

Activité militaire. Les Forces de défense du Lesotho (LDF) et la police à cheval du Lesotho constituent les forces de sécurité du pays. Ces deux factions ont développé une relation antagoniste depuis 1997, lorsque l'armée a été appelée à réprimer une grave mutinerie policière.


Culture du Lesotho

La religion au Lesotho

Environ 80% de chrétiens principalement anglicans, catholiques romains et évangéliques du Lesotho. Les croyances autochtones représentent les 20 % restants.

Conventions sociales au Lesotho

Si vous passez du temps dans des villages ruraux, il est poli d'en informer le chef principal. Il est probable qu'il sera très utile. Des courtoisies sociales normales et une approche amicale et chaleureuse seront grandement appréciées. La tenue vestimentaire doit être pratique et décontractée, mais les coutumes locales doivent être respectées (y compris celles concernant la pudeur vestimentaire). La religion joue un rôle important dans la vie quotidienne.

La photographie: Les photographies suivantes ne doivent pas être prises : le palais, les établissements de police, les bureaux du gouvernement, l'aéroport ou les bâtiments de l'autorité monétaire.


Orientation stratégique

Le bureau des Centers for Disease Control and Prevention (CDC)-Lesotho a ouvert ses portes en 2007. Le CDC soutient un continuum intégré de services qui comprend l'amélioration des politiques de santé publique, les interventions de prévention, la tuberculose (TB)/VIH, le traitement, les systèmes d'information de gestion de la santé et amélioration de la capacité du laboratoire. Cet appui est fourni en partenariat étroit avec le ministère de la Santé (MS) et les partenaires d'exécution. Le CDC joue un rôle essentiel en fournissant au MS un leadership technique et administratif dans ses domaines de programme.

Services complets de traitement et de prévention du VIH
Le CDC travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé et d'autres partenaires dans le pays pour intensifier les services de prévention et de traitement du VIH, y compris la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant (PTME), les services de conseil et de dépistage, et la prestation intégrée de services TB/VIH en utilisant un approche basée sur le district. Le CDC travaille avec le ministère de la Santé du Lesotho pour soutenir les activités du programme VIH et tuberculose. Le CDC assure un leadership technique dans le renforcement des capacités humaines pour les programmes de traitement du VIH/tuberculose en soutenant la formation et le mentorat des agents de santé.

Renforcement des systèmes de laboratoire
CDC fournit une assistance technique pour mettre en œuvre des systèmes de laboratoire de qualité, des tests de diagnostic et de surveillance en laboratoire et de nouvelles technologies de diagnostic. Le CDC, en partenariat avec ses partenaires de mise en œuvre, fournit l'expertise technique nécessaire au développement des capacités locales pour une coordination efficace des programmes de laboratoire afin d'améliorer la qualité des services.

Renforcement de l'information stratégique
Le CDC et ses partenaires de mise en œuvre soutiennent les efforts du Lesotho pour mettre en œuvre les enquêtes et la surveillance, le suivi et l'évaluation, ainsi que les systèmes d'information sanitaire nécessaires à la riposte nationale au VIH.


Gouvernement du Lesotho, histoire, population et géographie

Environnement—problèmes actuels : la pression démographique forçant l'installation dans des zones marginales entraîne un surpâturage, une grave érosion des sols et un épuisement des sols désertification Highlands Water Project contrôle, stocke et redirige l'eau vers l'Afrique du Sud

Environnement—accords internationaux :
partie à : Biodiversité, Changement climatique, Désertification, Conservation de la vie marine, Protection de la couche d'ozone, Zones humides
signé, mais non ratifié : Espèces menacées, droit de la mer, immersion en mer

Géographie&# 151 : enclavé entouré par l'Afrique du Sud

Population: 2 089 829 (est. juillet 1998)

Pyramide des ages:
0-14 ans : 40 % (hommes 420 526 femmes 419 059)
15-64 ans : 55 % (hommes 558 068 femmes 596 598)
65 ans et plus : 5 % (hommes 39 782 femmes 55 796) (estimation juillet 1998)

Taux de croissance de la population: 1,91 % (est. 1998)

Taux de natalité: 31,84 naissances/1 000 habitants (est. 1998)

Taux de mortalité: 12,76 décès/1 000 habitants (est. 1998)

Taux de migration nette : 0 migrant(s)/1 000 habitants (est. 1998)

Rapport de masculinité :
à la naissance: 1,03 homme(s)/femme
moins de 15 ans : 1 homme(s)/femme
15-64 ans : 0,93 homme(s)/femme
65 ans et plus : 0,71 homme(s)/femme (est. 1998)

Taux de mortalité infantile: 78,3 décès/1 000 naissances vivantes (est. 1998)

L'espérance de vie à la naissance:
population totale: 53,97 ans
Masculin: 52,18 ans
femelle: 55,81 ans (est. 1998)

Taux de fécondité total: 4,13 enfants nés/femme (est. 1998)

Nationalité:
nom: Mosotho (singulier), Basotho (pluriel)
adjectif: Basotho

Groupes ethniques: Sotho 99,7%, Européens 1600, Asiatiques 800

Religions : Chrétien 80%, reste les croyances indigènes

Langues : Sesotho (sotho du sud), anglais (officiel), zoulou, xhosa

L'alphabétisation:
définition: 15 ans et plus savent lire et écrire
population totale: 71.3%
Masculin: 81.1%
femelle: 62,3% (estimation 1995)

Nom du pays:
forme conventionnelle longue : Royaume du Lesotho
forme conventionnelle courte : Lesotho
ancien: Pays Bassouto

Type de gouvernement : monarchie constitutionnelle parlementaire

Capitale nationale: Maseru

Divisions administratives: 10 districts Berea, Butha-Buthe, Leribe, Mafeteng, Maseru, Mohale's Hoek, Mokhotlong, Qacha's Nek, Quthing, Thaba-Tseka

Indépendance: 4 octobre 1966 (du Royaume-Uni)

Fête nationale: Fête de l'Indépendance, 4 octobre (1966)

Constitution: 2 avril 1993

Système légal: sur la base de la common law anglaise et du droit romano-néerlandais, le contrôle judiciaire des actes législatifs par la Haute Cour et la Cour d'appel n'a pas accepté la juridiction obligatoire de la CIJ

suffrage : 18 ans universel (amendement constitutionnel, juillet 1997)

Branche exécutive:
chef d'état: Le roi LETSIE III (depuis le 7 février 1996, a succédé au trône à la suite du décès de son père, le roi MOSHOESHOE II, le 16 janvier 1996) note&# 151Le roi LETSIE III occupait autrefois le trône (de novembre 1990 à février 1995) alors que son père était en exilé
chef du gouvernement: Premier ministre Ntsu MOKHEHLE (depuis le 2 avril 1993)
cabinet: Cabinet
élections: aucun le roi n'est un monarque héréditaire, mais, aux termes de la constitution qui est entrée en vigueur après les élections de mars 1993, il n'a aucun pouvoir exécutif ou législatif de plus, selon le droit traditionnel le roi peut être élu ou destitué par un vote majoritaire de le Collège des chefs après les élections législatives, le chef du parti qui remporte le plus de sièges devient généralement Premier ministre

Branche législative : Parlement bicaméral composé du Sénat (33 membres㬒 principaux chefs et 11 autres membres nommés par le parti au pouvoir) et de l'Assemblée (65 sièges membres élus pour un mandat de cinq ans par le vote populaire)
élections: dernière date le 27 mars 1993 (prochaine date en mai 1998)
Résultats des élections: pourcentage des votes par parti—NA sièges par parti—BCP 65
Remarque: en raison d'un schisme au sein du BCP, le Premier ministre Ntsu MOKHEHLE a formé le nouveau Lesotho Congress for Democracy ou LCD en juin 1997, retirant 42 sièges au BCP, le réduisant à 23 sièges et le rôle d'un parti d'opposition

Branche judiciaire: Haute Cour, juge en chef nommé par le roi Cour d'appel Magistrat tribunal coutumier ou traditionnel

Partis politiques et dirigeants :
parti au pouvoir: Congrès du Lesotho pour la démocratie ou LCD [Dr. Ntsu MOKHEHLE, leader Shakhane MOKHEHLE, secrétaire général]
parti d'opposition: Parti national basotho ou BNP [Evaristus SEKHONYANA] Parti du congrès du Basotholand ou BCP [Molapo QHOBELA] Ha Reeng ('Allons-y') Parti Basotho ou HBP [Khauta KHASU] Parti travailliste du Lesotho ou LLP [Mamolefi RANTHIMO] Parti de la liberté Marematlou ou MFP [Vincent MALEBO] Parti National Progressiste ou NPP [Chief Peete Nkoebe PEETE, leader] Sefate Democratic Union ou SDU [Bofihla NKUEBE] United Democratic Party ou UDP [Charles MOFELI]

Participation d'organisations internationales : ACP, BAD, C, CCC, CEA, FAO, G-77, BIRD, OACI, CISL, ICRM, IDA, FIDA, IFC, IFCTU, IFRCS, OIT, FMI, Intelsat (utilisateur non signataire), Interpol, IOC, ITU, NAM, OUA, SACU, SADC, ONU, CNUCED, UNESCO, UNHCR, ONUDI, UPU, CMT, FSM, OMS, OMPI, OMM, OMC, OMT

Représentation diplomatique aux USA :
chef de mission : Ambassadrice Dr. Eunice M. BULANE
chancellerie : 2511 Massachusetts Avenue NW, Washington, DC 20008
Téléphone: [1] (202) 797-5533 à 5536
FAX: [1] (202) 234-6815

Représentation diplomatique des États-Unis :
chef de mission : Ambassadeur Bismarck MYRICK
ambassade: 254 Kingsway, Maseru West (section consulaire)
Adresse postale: P. O. Box 333, Maseru 100, Lesotho
Téléphone: [266] 312666
FAX: [266] 310116

Description du drapeau : divisé en diagonale à partir du coin inférieur du côté du treuil la moitié supérieure est blanche, portant la silhouette brune d'un grand bouclier avec une lance et une massue croisées la moitié inférieure est une bande bleue diagonale avec un triangle vert dans le coin

Aperçu de l'économie : Petit, enclavé et montagneux, le Lesotho n'a pas d'autres ressources naturelles importantes que l'eau. Son économie est basée sur l'agriculture, l'industrie légère et les envois de fonds des mineurs employés en Afrique du Sud. Le nombre de ces mineurs a diminué régulièrement au cours des cinq dernières années en 1996. Leurs envois de fonds ont ajouté environ 33 % au PIB par rapport à l'ajout d'environ 67 % en 1990. La fabrication dépend en grande partie des produits agricoles qui soutiennent la mouture, la mise en conserve, le cuir, et les industries du jute. Les récents investissements étrangers permettront au Lesotho d'exporter des vêtements fabriqués à partir de textiles importés. Bien que la sécheresse ait diminué l'activité agricole au cours des dernières années, l'achèvement d'une importante centrale hydroélectrique en janvier 1998 permet désormais la vente d'eau à l'Afrique du Sud et soutiendra l'expansion continue de l'économie. Le rythme de la privatisation des entreprises publiques s'est accéléré vers la fin de 1994.

PIB : parité de pouvoir d'achat— 5,1 milliards de dollars (estimation 1997)

PIB&# 151taux de croissance réel : 9% (1997 est.)

PIB—par habitant : parité de pouvoir d'achat— $2 500 (est. 1997)

Composition du PIB par secteur :
agriculture: 10%
industrie: 53%
prestations de service: 37% (1997)

Taux d'inflation et indice des prix à la consommation : 8,7 % (estimation 1996)

Force de travail:
le total: 689 000 économiquement actifs
par profession : 86% de la population résidente engagée dans l'agriculture de subsistance environ 35% des salariés masculins actifs travaillent en Afrique du Sud

Taux de chômage: un chômage et un sous-emploi substantiels affectant plus de la moitié de la population active (est. 1996)

Budget:
revenus : 507 millions de dollars
dépenses : 487 millions de dollars, y compris des dépenses en capital de 170 millions de dollars (FY96/97 est.)

Les industries: nourriture, boissons, textiles, artisanat construction tourisme

Taux de croissance de la production industrielle : 19.7% (1995)

Électricité/capacité : 0 kW (1995)
Remarque: électricité fournie par l'Afrique du Sud

Production d'électricité : 0 kWh (1995)
Remarque: électricité fournie par l'Afrique du Sud

Consommation d'électricité par habitant : 163 kWh (1995)

Produits agricoles— : maïs, blé, légumineuses, sorgho, orge bétail

Exportations:
Valeur totale: 218 millions de dollars (f.a.b., est. 1996)
marchandises : vêtements, laine, chaussures, véhicules routiers, mohair (1995)
les partenaires: Union douanière sud-africaine 52 %, Amérique du Nord 38 %, UE 9 % (1995)

Importations:
Valeur totale: 1,1 milliard de dollars (c.a.f., est. 1996)
marchandises : maïs, vêtements, matériaux de construction, véhicules, machines, médicaments, produits pétroliers (1993)
les partenaires: Union douanière sud-africaine 90 %, Asie 6 %, UE 2 % (1995)

Dette—externe : 517 millions de dollars (FY95/96 est.)

Aide économique :
destinataire: APD, $NA

Monnaie: 1 loti (L) = 100 lisente
Remarque: maloti (M) est le pluriel de loti

Taux d'échange: maloti (M) par US$1ת.94193 (janvier 1998), 4.60796 (1997), 4.29935 (1996), 3.62709 (1995), 3.55080 (1994), 3.26774 (1993) note que le Basotho loti est à parité avec le Sud Rand africain

Exercice fiscal: 1er avril㬛 mars

Téléphones : 12 000 (est. 1991)

Système téléphonique : système rudimentaire
national: se compose de quelques lignes fixes, d'un petit système de relais radio micro-ondes et d'un système de communication radiotéléphonique mineur
international: station terrienne satelliteק Intelsat (océan Atlantique)

Stations de radio : AM 3, FM 4, ondes courtes 0

Stations de télédiffusion : 1

Télévisions : 11 000 (est. 1992)

Les chemins de fer:
le total: Note de 2,6 km appartenant à, exploitée par et incluse dans les statistiques de l'Afrique du Sud
voie étroite : Écartement de 2,6 km 1,067 m (1995)

Autoroutes :
le total: 4 955 km
pavé: 887 km
non pavé: 4 068 km (est. 1996)

Ports et havres : rien

Aéroports : 29 (est. 1997)

Aéroports—avec pistes pavées :
le total: 3
plus de 3 047 m : 1
914 à 1 523 m : 1
moins de 914 m : 1 (est. 1997)

Aéroports—avec des pistes non pavées :
le total: 26
914 à 1 523 m : 4
moins de 914 m : 22 (est. 1997)

Branches militaires : Force de défense du Lesotho (LDF comprend l'armée et l'escadre aérienne), Police royale à cheval du Lesotho (RLMP)

Disponibilité de la main-d'œuvre militaire :
hommes âgés de 15 à 49 ans : 490 128 (est. 1998)

Effectifs militaires & 151 aptes au service militaire :
mâles: 264 255 (est. 1998)


  • Région : Afrique
  • Population : 2,1 millions (2018)
  • Superficie : 30 350 kilomètres carrés
  • Capitale : Maseru
  • A rejoint le Commonwealth : 1966, après l'indépendance de la Grande-Bretagne
  • Indice de jeunesse du Commonwealth : 47 sur 49 pays

Anti-corruption

Le Secrétariat aide le gouvernement du Lesotho à lutter contre la corruption. Une stratégie consiste à faire connaître les offres et les contrats lorsqu'elle achète des biens et des services.

Avec l'aide du Commonwealth, le Lesotho a progressé dans la mise en œuvre de plans de lutte contre la corruption. Il a un score relativement bon sur l'indice de perception de la corruption de Transparency International.

Éducation

Le Lesotho a utilisé le Commonwealth Education Policy Framework pour l'aider à améliorer la gouvernance et les capacités de son système éducatif.

Le Secrétariat travaille avec le Lesotho pour résoudre les problèmes de l'éducation des garçons.

Égalité des genres

The Secretariat helped Lesotho collect data to measure the economic cost of violence against women and girls (VAWG). It developed a tool to measure this cost, with Lesotho as the second case study.

Échanger

In December 2019, the Secretariat experts worked with Lesotho to review its trade policy. They also helped the country explore new products and new markets for export.

Ressources naturelles

The Secretariat advised Lesotho on engaging with the International Seabed Authority (ISA) more successfully. It helped the country learn about its legal responsibilities, ISA regulations and the ISA payment system.


Voir la vidéo: Lesotho, le royaume dans le ciel - reportage (Janvier 2022).